L’édition 2017 de l’AFRAMED s’est déroulée du 28 au 30 septembre 2017 à Hammamet s’inscrivant sur un temps où le monde est mobilisé pour atteindre les objectifs ambitieux de la stratégie de la riposte (90-90-90) permettant ainsi de mettre fin à l’épidémie de sida d’ici l’année 2030.

La prise en charge précoce, le dépistage et la prévention sont des axes clés dans cette lutte contre la pandémie sidéenne

Cette rencontre coïncide aussi avec l’apparition sur le marché pharmaceutique international de nouvelles molécules actives antivirales contre le virus de l’hépatite C. Les « direct-acting antivirals » sont des molécules plus efficientes, moins toxiques allouant une durée de traitement limité et un taux de guérison important et plus élevé que les bi-thérapies classiques ou les mono-thérapies habituelles. La place de cette nouvelle thérapie dans les actuelles recommandations est un fait marquant dans la prise en charge des patients.
La Tunisie, lors de cette édition, a été le point de rencontre des scientifiques venant d’Europe, de la région MENA et de l’Afrique pour discuter et échanger au sein de conférences plénières et de sessions faisant le point sur les avancées et les actualités dans les domaines de l’infection par le VIH ainsi que par les hépatites B et C.
C’est la deuxième édition, après une première édition à succès, organisée en collaboration avec l’AFRAVIH et des institutions et organismes internationales comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’agence onusienne de l’ONUSIDA.
L’équipe tunisienne était sous la direction du Pr Mohamed Chakroun pour la partie des pathologies infectieuses et le Pr Jalel Boubaker président de la société tunisienne de gastro-entérologie pour la partie des hépatites.

Lors de cette rencontre, des décideurs, des scientifiques, des experts, des représentants de la méditerranée francophone, de la société civile se sont mobilisés pour le renforcement de l’accès aux soins aux patients, la facilitation de la prise en conscience des professionnels de santé et la consolidation de compétences professionnelles. Des choix et des pratiques de vie permettront de sensibiliser aux dépistages ciblés, et éviter l’exclusion et la stigmatisation et de faire évoluer la prise en charge.

La troisième édition se tiendra en 2018 à Bordeaux promettant un nouveau tournant majeur dans la prise en charge du VIH et des hépatites.