Abécédaire de la protection solaire

B A BA de la protection solaire

Bien que la meilleure prévention contre l’agression solaire reste vestimentaire, les produits de protection solaire demeurent un complément inévitable, mais non suffisant, pour les zones exposées et non couvertes. En effet, les « crèmes » solaires ne sont pas capables de filtrer à 100 % les rayons solaires. Ci-dessous la suite du lexique paru dans le numéro 27 de Pharm’info et qui va contribuer à vous faciliter la maîtrise des termes essentiels nécessaires aux conseils que vous allez délivrer en officine en matière de protection solaire. 

                                                                                                                                 Jihène Sassi

J- Japon 

 

Au niveau de l’étiquetage des produits solaires, les Japonais indiquent le niveau de protection contre les coups de soleil par un l’indice de protection solaire spécifique aux UV-A et non pas aux UV-B comme c’est le cas dans d’autres pays. C’est la méthode de « pigmentation persistante », qui consiste à calculer la vitesse à laquelle les personnes bronzent, qui est utilisée au Japon pour déterminer cet indice « PA ».

PA +  = certaine protection contre les UV-A ; PA++ = Protection modérée contre les UV-A ; PA+++ = bonne protection contre les UV-A. Les Européens utilisent le terme UV-A à l’intérieur d’un cercle sur les étiquettes des produits lorsque le niveau de protection d’un produit contre les UV-A équivaut au tiers de son facteur de protection solaire.  Par exemple, un facteur de protection de 50 contre les UV-B est synonyme d’un facteur minimal de 25 pour la protection contre les UV-A.

Les meilleurs produits sont de toute évidence ceux qui proposent la double protection UV-B et UV-A.

 

K- Kits de protection solaire

 

Plusieurs marques de cosmétiques proposent des kits de protection solaire. Ces kits ont une forte légitimité d’exister puisque cette protection inclut des mesures à prendre avant, pendant et après une exposition. De plus, selon les zones d’application à  protéger, la texture du produit change. Plus la zone est étendue, plus le produit doit être fluide. Une crème est plutôt utilisée pour le visage, un lait ou un spray est plus pratique à utiliser sur des zones du corps plus étendues, un baume est destiné à être appliqué sur les lèvres. Vous pouvez voir dans ces coffrets : des compléments alimentaires accélérateurs de bronzage, des crèmes à haute protection et à haute tolérance, des laits apaisants, nourrissants et hydratants, des huiles après bronzage, des sticks à lèvres, des lunettes pour enfants, des baumes réparateurs, des prolongateurs de bronzage, des tee-shirts anti UV, des sprays pour protection de cheveux…

 

L- Label « aha ! » 

 

Pour les peaux allergiques et sensibles ainsi que pour les enfants, le sérieux Centre  d’Allergie Suisse est en train de labéliser certains produits solaires du logo « aha ! ». Ce petit label vert de qualité, que vous trouverez sur l’emballage de certains produits solaires, signifie que ces derniers ont été soumis à des tests dermatologiques effectués par des laboratoires indépendants et qu’ils ne contiennent ni conservateurs ni parfums ni colorants, offrant ainsi plus de sécurité aux consommateurs.

 

M- Mer

 

Près de 6000 tonnes de protection solaire sont libérées dans la mer tous les ans. La revue Environmental Health Perspectives a publié dernièrement un article intitulé: “Bleached, But Not by the Sun: Sunscreen Linked to Coral Damage”. Cette étude montrerait que les produits solaires ont des répercussions sur la santé des coraux. Ces derniers vivent en harmonie avec des micro-algues logées dans leurs tissus. Certaines molécules présentes dans les produits activent des virus qui se multiplient et tuent les précieuses micro-algues… Résultat, les coraux blanchissent et meurent. Cette menace concerne des zones comme le Mexique en Mer des Caraïbes, l’Egypte en Mer Rouge, la Thaïlande dans l’Océan Indien. Rappelons que les barrières de corail représentent l’un des écosystèmes les plus diversifiés et les plus productifs sur le plan biologique dans le monde et qu’elles ont une importance fondamentale lors de passage des ouragans, contre les érosions et la destruction de la côte.

 

N- Netatmo 

 

Ce spécialiste des objets connectés vient de dévoiler son nouveau bébé « JUNE », le premier bijou qui mesure l’exposition au soleil, et qui, grâce à son application envoie à chaque moment de la journée des notifications à l’utilisateur pour le prévenir et lui conseiller les mesures appropriées à son exposition : indice solaire de la crème à utiliser, port de lunettes, de chapeau ou recherche de l’ombre.

 

O- Osmose Skin Care

 

Le géant des cosmétiques américain a créé depuis peu un produit de protection solaire qui se boit au lieu de s’appliquer sur la peau. 2 ml de « Harmonised H20 UV », tel est le nom du produit, dilués dans l’eau permettraient une protection solaire d’indice 30 pendant 4 heures grâce à des ondes radioélectriques et des vibrations de la surface de la peau. Reste à prouver l’efficacité de cette innovation….

 

P- Phototype cutané

 

C’est le type de peau qui dépend de la couleur des cheveux, de la couleur de la peau et de la capacité à bronzer. Plus la peau est claire et plus la protection doit être forte comme le montre le tableau récapitulatif ci dessous.

 

R- Rayonnements UltraViolets  solaires

 

Ces rayonnements sont à l’origine de la sensation de chaleur que nous ressentons sous le soleil. Ils sont de nature électromagnétique et se classent en 3 catégories : UV-A, UV-B et UV-C. Ces différents types d’UV n’ont pas la même activité biologique ni le même pouvoir de pénétration dans la peau.

Ils sont responsables du bronzage à retardement et, à forte dose, ils sont dangereux pour les yeux.  Les rayons UV subissent le phénomène de réflexion sur les surfaces notamment sur l’eau (30 %), sur les sols neigeux (85 %) et sableux (20 %). Les moyens de défense et de protection du corps humain contre ces rayonnements sont : la mélanine, les antioxydants, les vêtements, chapeaux et lunettes de soleil et les filtres UV. Il est à préciser que même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV donc il n’existe pas de produits qui puissent avoir la propriété d’ « écran total ».

 

S- Sun Protection Factor (SPF)

 

Le Sun Protection Factor est un indice de protection (IP) contre les rayonnements UV-B. Il est déterminé in vitro en étalant le produit à tester sur le dos de volontaires humains. On expose ensuite les personnes à une source simulatrice de soleil. C’est le temps nécessaire à l’apparition d’un érythème, avec et sans le produit en question, qui permet de calculer les SPF. La fiabilité de ce facteur reste à prouver dans la vie courante étant donné qu’il a été testé en laboratoire. En résumé les significations des différents indices de protection présents sur les emballages des produits solaires sont les suivants :

 

T- Tests

 

Des chercheurs australiens de Queensland Institute of Medicine Research ont prouvé que le fait d’appliquer quotidiennement et pendant toute l’année une crème solaire, retarde le vieillissement cutané. L’étude a été effectuée pendant 4 ans sur 900 personnes dont l’âge varie entre 25 et 55 ans. Le groupe a été divisé en deux parties, la première mettait la crème solaire juste avant d’aller à la plage et la deuxième appliquait la crème SPF 15 chaque matin, hiver comme été, avec renouvellement en cas de baignade ou de sortie prolongée. Le deuxième groupe a révélé une différence sensiblement avantageuse au niveau des zones du dos de la main et du cou sur les plans souplesse et hydratation de la peau.

 

U- UV artificiels

 

Ces rayonnements sont fournis par des lampes de bronzage etc. Les utilisateurs s’y exposent pour avoir un ton hâlé toute l’année. Il est rapporté qu’ils émettent 10 à 15 fois plus de radiations que le soleil de midi. Les personnes à peau claire (phototypes I et II) ne tirent aucun bénéfice esthétique de l’exposition à ces UV, car ils sont mélano-compromis. Sur le plan sanitaire, et à l’exposition, ils présentent les mêmes risques que les rayons UV naturels. Ce risque augmente bien évidemment avec la durée de l’exposition et surtout chez les personnes qui s’y exposent avant l’âge de 30 ans et ayant eu des coups de soleil.

V- Vêtement anti UV

 

Destinés  aux pêcheurs, aux surfeurs ou aux personnes malades de mélanomes, ces vêtements sont en train d’être utilisés par les enfants et les personnes les plus sensibles au soleil. Alors que les vêtements « normaux » ne filtrent que  5 % des rayonnements UV, ces habits peuvent en filtrer jusqu’à 98 %. Le marché pour ce type de vêtements se développe progressivement, de nos jours, par souci de réchauffement climatique ou par prévention du vieillissement cutané. L’efficacité protectrice du vêtement dépend de la structure, du serrage du tissage et du type du tissu, de sa couleur, de l’état mouillé ou sec. En résumé, les couleurs foncées et les tissus lourds bloquent mieux les rayonnements UV. Les vêtements usés distendus et mouillés perdent de leur efficacité barrière contre les UV.

 

W- Water resistant 

 

Une multitude de produits solaires revendiquent une propriété de résistance à l’eau. Il est donc  à vérifier par le consommateur, car la résistance n’est pas systématique. Cette caractéristique n’empêche pas de conseiller à l’utilisateur de renouveler l’application du produit après le bain, s’il souhaite se réexposer au soleil. Un produit solaire résistant à l’eau permet de protéger l’utilisateur pendant les baignades mais pas après. Après immersion dans l’eau ce type de produit doit avoir conservé 50 % de son facteur de protection solaire.

X- XX/XX/20XX

 

L’une des erreurs à ne jamais faire vis-à-vis des produits de protection solaire est celle de son utilisation au-delà de sa date de péremption. Toutes les crèmes solaires ont une date de péremption car l’efficacité du produit se réduit avec le temps. En outre, le produit ne doit pas être exposé en plein soleil pendant une durée prolongée.

 

Y- Yeux

 

Cancers de la peau en bordure de l’œil, cataracte précoce et lésions oculaires sont les conséquences graves encourues par les yeux suite à une exposition prolongée aux UV. En effet, les rayonnements UV atteignent l’œil directement ou par réflexion.  La seule protection possible est le port de lunettes dont les verres sont dotés de filtres UV et de la mention CE. La couleur des verres devrait être efficacement conseillée par un spécialiste. N’oubliez pas d’inciter les parents à protéger les yeux leurs enfants, car ils sont encore au stade de développement et le cristallin ne joue pas complètement son rôle de filtre.

 

Z- Zinc 

 

L’oxyde de zinc (ZnO) est un excellent, probablement le meilleur, filtre minéral naturel qui exerce une protection contre un large spectre d’UV-A et UV-B par le phénomène physique de réflexion. Bien qu’il donne un  aspect  très blanc à la personne qui l’applique, l’oxyde de zinc présent dans les crèmes solaires leur confère des propriétés «bio», hypoallergéniques, non comédogènes, non irritantes et saines, car ces filtres ne sont pas absorbés par la peau. En outre, le ZnO ne se dégrade pas au soleil. L’aspect croque-mort donné par ce produit est en train d’être de plus en plus rattrapé grâce aux nanotechnologies et à la réduction de la taille des particules par la micronisation.

 

Commentaires

commentaires