Le Conseil Régional de l’Ordre des Pharmaciens de l’Ariana (CROPA) a organisé, le 22 septembre 2015, une action de solidarité en faveur du Centre de protection des personnes âgées de Grombalia, dans un contexte de partenariat et de collaboration, cette démarche entrant dans le cadre de la journée mondiale des personnes âgées, le 1er octobre 2015.

Ce qui a permis la distribution des médicaments et des dispositifs médicaux nécessaires pour  une  pharmacie du Centre bien garnie et la ratification d’un accord entre le CROPA et les pharmaciens venus bénévolement du gouvernorat de Nabeul et de la localité de Grombalia afin d’assurer des prestations de soins fondamentales et de qualité à ces personnes âgées. Cette action sociale, réalisée avec la contribution de donateurs et du corps pharmaceutique, vise également le suivi de ces hommes et  femmes  âgés de 60 à 98 ans.

Hela Kochbati

Ils sont 35 hommes et 20 femmes et n’ont pas de famille ou sont abandonnés par leurs proches. Le Centre constitue un rempart et un lieu d’hébergement où ces personnes bénéficient de services de soins et de divertissements assurés par des animateurs, des infirmiers et des aidants sociaux. Bien qu’une partie de ses locaux soit en cours de réaménagement pour améliorer la qualité de vie de ses résidents, ce Centre dispose, en plus des chambres, d’une pharmacie, d’une infirmerie, d’une salle de rééducation, d’une grande salle de détente et d’un grand espace vert. Il fait partie des onze unités de ce genre que compte la république tunisienne (Menzel Bourguiba, le Kef, Jendouba, Gafsa, Kasserine, Kairouan,  Béjà, la Mannouba, Sousse, Sfax). 

Ahlem Najjar présidente du CROPA

1) Quel est l’objectif de cette action au Centre de protection des personnes âgées de Grombalia ?

Cette action sociale s’inscrit dans le cadre des activités du Conseil Régional de l’Ordre des Pharmaciens de l’Ariana. Ce n’est pas la première fois que le CROPA s’ouvre sur le social, nous avons déjà contribué à retaper deux écoles primaires, l’une à Boumhel et l’autre à El Mourouj. Nous avons pensé à nos parents et à nos grands parents à travers cette action citoyenne solidaire. C’est en pensant à eux que nous avons organisé cette visite : pourquoi ne pas s’orienter vers cette couche sociale défavorisée du Centre de protection des personnes âgées de Grombalia ? Et en cela, nous avons eu l’appui de certains donateurs, sans qui cette action n’aurait pas pu se faire. Nous nous sommes rendus sur place afin de témoigner de l’attention que nous portons à ces gens du troisième âge et nous avons pu constater leur réalité, les moyens qui leurs manquent et ce, afin d’apporter une amélioration à leurs conditions de vie, avec les moyens dont nous disposons mais nous sommes motivés et nous leurs donnerons plus encore. Nous espérons que cette action sociale aura des suites, sous quelque forme que ce soit, afin de garantir une ouverture des pharmaciens sur la société et le développement des activités communautaires.

2) Qu’avez-vous envie de dire à vos confrères ?

J’aimerais leurs demander de s’investir dans ce type d’action et de s’intéresser davantage à la société dans laquelle nous vivons. Il faut se tourner vers autrui, tendre la main aux personnes qui en ont besoin et ce, sur tous les plans. Au CROPA nous sommes vraiment motivés pour amener les pharmaciens à s’engager dans le social, l’humanitaire et le bénévolat, trois aspects qui correspondent tout à fait à notre mission d’officinaux engagés dans la promotion de la santé publique.

Souad Hani chargée du Centre de protection des personnes âgées de Grombalia

Quelle est la capacité d’accueil de votre Centre ?

L’association de protection des personnes âgées de Grombalia, organisation régionale dans le gouvernorat de Nabeul, et le Centre qui leur est consacré sont deux structures qui œuvrent  dans l’assistance et le soutien des seniors abandonnés ou sans appui familial. Le centre a une capacité d’accueil de 55 personnes. Il assure leur protection et leur prise en charge.

Quelle est votre approche dans cette action sociale ?

Avec le CROPA, nous avons saisi l’occasion de la célébration de la journée des personnes âgées, le 1er octobre 2015, pour répondre à nos besoins en matériaux médicaux variés et pour établir une liste des dispositifs manquants lors d’une concertation avec les pharmaciens. Ces derniers ont apporté leur contribution avec des appareils et des instruments médicaux permettant d’assurer les soins quotidiens de nos pensionnaires. J’aimerais d’ailleurs profiter de l’occasion pour témoigner ma reconnaissance envers la générosité dont ils ont fait preuve.

Comment fonctionne votre Centre ?

Nous fonctionnons avec un budget attribué par l’Etat et avec des dons, ce qui nous permet de subvenir aux dépenses journalières de prise en charge de nos hôtes et d’améliorer leurs conditions de vie au quotidien (soins médicamenteux, transport, etc.). Avec les propres fonds de l’association, nous recrutons le personnel qui peut appuyer l’activité du Centre. Dans le cadre des ressources humaines, nous avons des infirmiers, des auxiliaires de vie, des éducateurs spécialisés et des ouvriers pour la maintenance. Certaines unités du bâtiment ne sont pas encore achevées et sont en cours de réhabilitation. Nous souhaitons améliorer, rénover et restructurer l’organisation du Centre. Nous concentrons nos efforts à tous les niveaux pour assurer un état de santé physique et psychologique, une hygiène et des règles de santé optimaux.

Comment se déroulent les soins de santé au sein de votre Centre ?

Les infirmiers assurent les soins et la prise des doses médicamenteuses et j’aimerais ajouter à ce propos que nous manquons d’infirmiers et d’accompagnateurs. Grâce à nos contacts avec des médecins de l’hôpital de Grombalia, nous assurons des consultations régulières pour les personnes qui tombent malades. Il arrive parfois que des personnes âgées non pensionnaires chez nous soient amenées à notre établissement dans le cas d’une fracture ou d’une complication de leur état santé. Nous ne disposons pas d’un médecin généraliste conventionné avec le Centre. Notre kinésithérapeute octroie les soins de rééducation nécessaires, nous essayons de donner à nos résidents une qualité de vie digne. Parmi eux, dix personnes souffrent d’incontinence et d’autres ne sont pas autonomes et souffrent de troubles psychiques.  Pour ce qui est des prestations d’hygiène et de propreté, nous manquons d’employés.

Que pensez-vous du rôle des associations au sein de notre société ?

Je crois que les efforts déployés par la société civile et les associations permettent de changer la situation socio-économique. L’Etat, à lui seul, ne peut y parvenir. Il est important de mettre la main dans la main et de contribuer au développement du pays. Le vieillissement de la population et les changements démographiques dans la société tunisienne sont devenus un véritable problème à l’heure actuelle. Il est essentiel de promouvoir la santé pour tous et d’apporter des soins adaptés aux personnes âgées, de façon à leur donner une qualité de vie digne.

Hend Bouhjarr kinésithérapeute au Centre de Grombalia

Je travaille ici depuis quatre ans. La kinésithérapie est très importante pour les sujets âgés, tout autant que les changements de position en cas de sédentarité ou d’alitement et la stimulation de la circulation sanguine pour les malades. Les exercices de rééducation sont essentiels à la réadaptation après une chute, une fracture ou un accident vasculaire-cérébral, par exemple.

Je voudrais conclure en disant un grand merci aux pharmaciens qui nous ont rendu visite.

Amel Guizani  Ben Rachid pharmacienne d’officine à Menzel Bourguiba

Nous serons toujours prêts à aider les personnes âgées, à nous mettre au service des citoyens   et à apporter notre contribution aux organismes tels que celui de Grombalia. Nous tenons à mener des actions sociales utiles et solidaires, celle que nous avons réalisée cette fois en est un exemple éloquent, et nous continuerons à être présents pour faire en sorte d’être au plus près des besoins de chacun.

Kaïs Bahrini infirmier dépêché par la Santé publique auprès  du Centre de Grombalia

Concernant le traitement pharmaceutique de nos pensionnaires, nous soignons ceux qui souffrent de maladies chroniques (hypertension artérielle, diabète, cardiopathies), les personnes handicapées et les patients ayant des troubles psychiques.

Nous recevons des produits pharmaceutiques de la part de donateurs et même d’organisations étrangères avec lesquelles nous collaborons. Nous disposons d’une armoire où les médicaments de différentes classes sont rangés mais nous ne dispensons pas assez de remèdes pour les différentes affections. L’action des pharmaciens nous est d’une grande aide et vient combler le manque de médicaments et de produits consommables dont nous souffrons, ces derniers constituant une nécessité quotidienne. Nous achetons également la plupart des traitements à la pharmacie de l’hôpital de Grombalia. Nous manquons d’un stérilisateur pour les outils et les instruments que nous utilisons.

Khaoula Rouissi animatrice au Centre de protection  des personnes âgées de Grombalia  

Qu’ils soient autonomes ou handicapés, nos pensionnaires sont assistés par des infirmiers ou d’autres membres du personnel. Ils bénéficient d’animations et de loisirs variés et, dans ce cadre, nous organisons des ateliers interactifs et artistiques. Il nous arrive de collaborer avec d’autres associations pour réaliser des animations et des événements. Nos hôtes n’ayant ni famille ni soutien matériel, nous conjuguons nos efforts pour bien nous occuper d’eux. Nous programmons des sorties dans les régions environnantes de Grombalia comme Hammamet, Hammam El Ghezaz et Kélibia pour les sortir des murs du Centre et les mettre en contact avec d’autres personnes. Nous les entourons de notre attention et de notre soutien pour qu’ils puissent vivre dans la dignité.