Array et Pierre Fabre : l’accord est scellé

Faisant suite à l’aval des autorités européennes de la concurrence, l’accord entre la société américaine Array et Pierre Fabre visant à développer et commercialiser binimetinib et encorafenib, deux molécules en oncologie revenant à Array, a été finalisé.

Ces molécules, à un stade avancé de leur développement, sont respectivement l’une inhibitrice de MEK (Mitogen-activated extracellular signal-regulated protein kinase) et l’autre de B-RAF proto-oncogène et font actuellement l’objet de trois essais cliniques internationaux de phase 3 dans le mélanome et le cancer de l’ovaire. Selon les termes de cet accord, Array recevra un montant initial de 30 millions de dollars et conservera l’intégralité des droits de commercialisation de binimetinib et encorafenib aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Corée et en Israël.

Quant à Pierre Fabre, il détiendra l’exclusivité des droits de commercialisation des deux produits dans tous les autres pays, notamment en Europe, en Asie et en Amérique latine. En outre, l’Américain pourra percevoir 425 millions de dollars si certaines étapes de développement et d’atteinte de niveaux de ventes sont franchies et pourra prétendre à de solides et progressifs droits à deux chiffres sur les ventes futures.

Pour ce qui est des futurs coûts de développement, ils seront répartis entre les deux partenaires sur la base de 60/40 (Array/Pierre Fabre) avec l’engagement initial de financer de nouveaux essais cliniques dans le cancer colorectal et le mélanome. Array a prévu de déposer une demande d’autorisation de mise sur le marché du binimetinib dans le mélanome présentant une mutation du gène NRAS au cours du premier semestre 2016. L’Américain prévoit également une demande d’enregistrement du binimetinib en association avec l’encorafenib dans le mélanome présentant une mutation sur le gène BRAF au cours de l’année 2016.

Commentaires

commentaires