La communauté scientifique n’a de cesse de sensibiliser les pouvoirs publics et les industriels à ce que serait le drame d’un monde où les antibiotiques n’auraient pas d’effet.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) entend tirer un coup de semonce aux départements R&D en publiant sa première liste «d’agents pathogènes prioritaires» résistants aux antibiotiques, énumérant les 12 familles de bactéries les plus menaçantes pour la santé humaine. Pour l’OMS, il est urgent de développer de nouveaux antibiotiques, en particulier contre les bactéries à Gram négatif résistantes à de nombreux antibiotiques. Elles ont des capacités intégrées pour trouver de nouveaux moyens de résister aux traitements et peuvent transmettre le matériel génétique permettant à d’autres bactéries de devenir elles aussi résistantes. « Cette liste est un nouvel outil pour veiller à ce que la recherche-développement réponde aux besoins urgents de la santé publique », a indiqué Dr Marie-Paule Kieny, sous-directeur général à l’OMS pour le groupe « Systèmes de santé et innovation ». « La résistance aux antibiotiques augmente et nous épuisons rapidement nos options thérapeutiques. Si on laisse faire le marché, les nouveaux antibiotiques dont nous avons le besoin le plus urgent ne seront pas mis au point à temps », explique-t-elle dans un communiqué publié sur le site de l’organisation en février dernier.
La liste a pour but de pousser les gouvernements à mettre en place des politiques incitant les agences financées par le public comme le secteur privé à investir dans la recherche fondamentale et la recherche développement avancée pour découvrir de nouveaux antibiotiques. Elle donnera des orientations pour les nouvelles initiatives telles que le partenariat mondial pour la recherche développement d’antibiotiques de l’OMS et de la DNDi (WHO/DNDi Global Antibiotic R&D Partnership) qui s’engage dans le développement à but non lucratif de nouveaux antibiotiques.
La liste de l’OMS comporte trois catégories selon l’urgence du besoin de nouveaux antibiotiques : critique, élevée ou moyenne. Le groupe le plus critique comporte des bactéries multirésistantes qui représentent une menace particulière dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou pour les patients dont les soins imposent d’utiliser des dispositifs comme des respirateurs ou des cathéters sanguins. Il comporte Acinetobacter, Pseudomonas et diverses entérobactéries (dont Klebsiella, E. coli, Serratia, et Proteus).
Elles peuvent provoquer des infections sévères, souvent mortelles, telles que des infections sanguines et des pneumonies.
Ces bactéries sont devenues résistantes à un grand nombre d’antibiotiques, y compris les carbapénèmes et les céphalosporines de troisième génération, les meilleurs produits disponibles pour traiter les bactéries multirésistantes.
Le deuxième et le troisième groupe de la liste – les catégories de priorité élevée et moyenne – comportent d’autres bactéries de plus en plus résistantes provoquant des maladies plus courantes telles que la gonorrhée ou les intoxications alimentaires par les salmonelles.

Liste de l’OMS des agents pathogènes prioritaires pour la recherche développement de nouveaux antibiotiques

Priorité 1 : CRITIQUE
1. Acinetobacter baumannii, résistance aux carbapénèmes
2. Pseudomonas aeruginosa, résistance aux carbapénèmes
3. Enterobacteries, résistance aux carbapénèmes, production de BLSE

Priorité 2 : ÉLEVÉE
4. Enterococcus faecium, résistance à la vancomycine
5. Staphylococcus aureus, résistance à la méthicylline, résistance intermédiaire ou complète à la vancomycine
6. Helicobacter pylori, résistance à la clarithromycine
7. Campylobacter spp., résistance aux fluoroquinolones
8. Salmonelles, résistance aux fluoroquinolones
9. Neisseria gonorrhoeae, résistance aux céphalosporines, résistance aux fluoroquinolones

Priorité 3 : MOYENNE
10. Streptococcus pneumoniae, insensible à la pénicilline
11. Haemophilus influenzae, résistance à l’ampicilline
12. Shigella spp., résistance aux fluoroquinolones