Nomination au Conseil de l’Instance Nationale de Lutte contre la Corruption

Lassaâd M’Sahli, pharmacien en officine et consultant pour l’OMS à divers reprises (2001/2002, 2003), a été nommé au Conseil de l’Instance Nationale de Lutte contre la Corruption.
Les membres de cette instance ont été nommés par un décret émis par la présidence du gouvernement. Une implication dans la vie publique qui étonnerait presque si ce n’est les centres d’intérêts éclectiques de Lassaâd M’Sahli. Son CV indique la poursuite d’études doctorales en économie à l’Université de Paris Nord (Paris 13), après l’obtention d’un DU en pharmacie clinique (Université Joseph Fourier, Grenoble I) en 2011 et un DU de Pharmaco-économie (Université René Descartes, Paris V) en 2004.
Le premier conseil de l’Instance s’est tenu le 17 juillet 2013. Il a été consacré à l’examen des politiques générales de cet organisme, ainsi que de son règlement intérieur et de son budget pour la période restante de l’année 2013, selon les précisions données par le président de l’instance, Samir Annabi, à la TAP. Il a ajouté que le Conseil de l’Instance a statué sur le recrutement des membres de l’organe d’investigation et de prévention de la corruption, qui sera chargé de poursuivre l’étude des dossiers de corruption transmis à l’Instance et d’en saisir les tribunaux.

Rappelons que l’Instance nationale de lutte contre la corruption est un organisme public indépendant, doté de la personnalité morale et de l’autonomie administrative et financière. Elle s’est substituée à la Commission nationale d’investigation sur la corruption et la malversation (CNICM), d’autant que la Convention des Nations Unies contre la corruption, ratifiée par la Tunisie, fait obligation aux Etats parties de se doter d’un organisme indépendant, spécialement voué à la lutte contre la corruption.