La CNAM en perte de crédibilité

Tous sont unanimes sur le rôle premier attribué à la CNAM depuis sa création.

Aujourd’hui, pharmaciens, prestataires de services, syndicats et assurés dénoncent les manquements de la structure nationale d’assurance maladie. La CNAM semble perdre de sa crédibilité au regard des dysfonctionnements observés dans sa mission ces dernières années.
Après l’affaire avec les pharmaciens, il est constaté en ces moments des cas de dépassements de plafond dans plusieurs centres de la CNAM dans tout le pays. En plus de cela, ces incidents sont non justifiés. Pire, le ministère des Affaires sociales affirme ceci à des confrères : « nous ne sommes pas en mesure de vous répondre, veuillez vous adresser directement à la CNAM ».
Un document témoin  a révélé un dépassement de plafond de 160,333 dinars pour une assurée bénéficiant de l’APCI, malgré le fait qu’elle soit intégralement prise en charge par la CNAM au vu de la nature de la pathologie.

La loi n°2004-71 du 02 août 2004 portant institution d’un régime d’assurance maladie stipule en son article 24 que : «…les actions de la caisse contre les personnes à qui des avantages au titre de ce régime ont été octroyés indûment sont prescrites après deux ans. Le délai de prescription court à partir de la date du payement indu… ».

Alors pourquoi des assurés sont intimés de payer des dépassements de plafond au-delà du délai de prescription ? L’on pourrait penser à une escroquerie organisée !

Commentaires

commentaires