Les traitements à base de valproate interdits aux femmes enceintes

La Dékapote et la Dépamide prescrites aux femmes bipolaires sont interdites au cours de la période de la grossesse, car ces médicaments entraînent des malformations congénitales et des troubles de développement de l’enfant.
C’est lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 5 juillet 2017 par l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments (ANSM) que celle-ci a annoncé que les mesures d’interdiction de ces traitements pour les femmes en âge de procréer entreront en vigueur dès le vendredi 6 juillet 2017.
Selon les évaluations de l’épidémiologiste Catherine Hill, la Dépakine et ses dérivés ont engendré depuis l’année 1967, des malformations congénitales graves chez 2150 à 4100 enfants dont les mères ont pris ces médicaments lorsqu’elles étaient enceintes et en considérant les troubles de développement psychologique (autisme, maladies psychomotrices, etc), le chiffre des atteintes dépasse 14 mille cas.
Les traitements à base de valproate sont préconisés dans le traitement des troubles bipolaires. Néanmoins, il existe des alternatives médicamenteuses à ces traitements, par conséquent l’ANSM invite les femmes bipolaires en âge de procréer à se rapprocher de leur médecin afin d’étudier avec lui la meilleure option thérapeutique ou de disposer de précautions si ces médicaments sont maintenus.
Par ailleurs, pour les femmes enceintes, il serait important de consulter un médecin traitant en urgence afin de remplacer ces traitements. Si les médicaments à valproate sont conservés alors des suivis de la mère et du futur nouveau-né doivent être impérativement engagés.