Deux traitements génériques contre la récidive du cancer du sein

Actuellement, avec  les progrès et les traitements thérapeutiques personnalisés, le cancer du sein se traite dans 95% des cas.

Dans le contexte de cette pathologie oncologique mammaire à haut risque de récidivité, deux médicaments génériques ont prouvé leur efficacité contre une récidive, il s’agit de l’inhibiteur de l’aromatase et de bisphosphanate.

Ce cancer hormonosensible est le premier cancer qui touche les femmes aussi bien dans le monde qu’en Tunisie. Dans notre pays,  entre 2000 et 3000 nouveaux cas de femmes atteintes de cancer du sein, sont enregistrés chaque année.

Les résultats de l’étude scientifique sur les deux médicaments génériques efficients contre le cancer du sein a été publiée dans le Journal « The Lancet » au cours de ce mois de juillet et a révélé qu’un inhibiteur de l’aromatase préconisé lors d’un cancer du sein et un biophosphanate utilisé dans la prévention de l’ostéoporose permettent de lutter contre la récidive du cancer du sein.
Au fait, l’inhibiteur de l’aromatase est un médicament qui est prescrit dans la prise en charge du cancer du sein. Il permet d’inhiber la production d’œstrogènes par la conversion des androgènes  dans le corps et permet de réduire du tiers la récidivité du cancer du sein par rapport au tamoxifène, qui est un traitement de référence souvent indiqué dans cette maladie oncologique et agit comme un modulateur sélectif des récepteurs des oestrogènes et prescrit sous forme orale.
Quant au  bisphosphanate, c’est un médicament qui permet la prévention de la perte de la densité osseuse chez les femmes ménopausées et la protection contre certaines métastases osseuses. Le bisphosphanate assure la diminution du risque du cancer mammaire pour ce médicament générique est estimée de 28%.
L’inhibiteur de l’aromatase a des effets indésirables comme la perte de la masse osseuse.

Les scientifiques recommandent de recombiner les deux traitements puisque le bisphosphanate permet de compenser l’effet de l’inhibiteur de l’aromatase et par conséquent pallier à une fragilité du tissu osseux et la survenue de fractures. Ces deux remèdes génériques l’antiaromatase et  le bisphosphanate qui ont démontré leur efficacité et leurs prix sensés permettent aux patientes une meilleure accessibilité à une prise en charge adaptée pour éviter une récidivité qui est donc aujourd’hui de plus en plus maitrisée.

Commentaires

commentaires