Le français Sanofi et l’allemand Boehringer Ingelheim ont entamé des négociations exclusives en vue d’échange d’actifs.

La fabrication de médicaments sans ordonnance de Boehringer Ingelheim va passer entre les mains de Sanofi qui, elle, cèdera Merial, l’activité santé animale au laboratoire allemand.

Ainsi, en s’octroyant notamment le Dulcolax et le Buscopan, Sanofi deviendrait numéro 1 mondial de la santé grand public devant Bayer et GSK et empocherait, de plus, une enveloppe de 4,7 milliards d’euros que Boehringer devra payer.

Avec les médicaments sans ordonnance de Boehringer Ingelheim, Sanofi pourrait renforcer son positionnement en Allemagne et au Japon et s’offrirait surtout des blockbusters, comme la Lysopaïne, le Dulcolax, ou encore le Surbronc. Sanofi atteindrait ainsi la masse critique dans les traitements de la toux et du rhume.

De son côté, Boehringer deviendrait le numéro deux mondial du marché de la santé animale en intégrant les activités de Merial.

Lyon deviendrait un centre opérationnel clé pour Boehringer qui s’engage à conserver les opérations commerciales, les centres de recherche et développement (R&D) et les centres de production en France.