Traitement pour la Polyarthrite rhumatoïde

Plus chanceux que Lilly, dont la mise sur le marché de l’Olumiant -qui devait figurer parmi les gros lancements de 2017- vient d’être repoussé aux calandres grecques en raison de son rejet par la FDA, le Kevzara de Sanofi et Regeneron a reçu l’absolution du Comité des médicaments à usage humain (ChmP) de l’agence européenne des médicaments (Ema) qui a accordé son « avis positif » à ce traitement destiné au traitement de la polyarthrite rhumatoïde active, modérée à sévère de l’adulte.
Second traitement issu de la collaboration de Sanofi avec Regeneron Pharmaceuticals, société américaine leader dans les biopharmaceutiques, il concurrencera très sérieusement des poids lourds tels que l’Humira d’AbbVie, le MabThera de Roche, l’Enbrel d’Amgen ou enfin le Remicade de l’américain MSD.
Avec 23 millions patients potentiels dans le monde, les traitements actuels ne parviennent à soigner que 30 à 50 %
des personnes qui souffrent de cette maladie invalidante qui se manifeste par une inflammation douloureuse des articulations.
L’originalité du mécanisme d’action du Kevzara est qu’il cible une molécule de l’inflammation.
Le communiqué de Sanofi précise que « l’avis du ChmP repose sur les résultats de sept essais de phase 3 faisant partie du programme de développement clinique SarIL-ra comprenant les essais SARIL-RA-MOBILITY, SARIL-RA-TARGET et SARIL-RA-MONARCh. Ces études regroupent les données de plus de 3 300 patients adultes atteints de polyarthrite active, modérée à sévère, ayant présenté soit une réponse inadéquate, soit une intolérance à un ou plusieurs traitements de fond antirhumatismaux, biologiques ou non. »
Le dossier du sarilumab est actuellement examiné par la FDA des États-Unis. Sanofi et Regeneron ont également présenté des demandes d’approbation dans plusieurs autres pays dans le monde.