Des chercheurs de l’Institut des neurosciences de Montpellier (Inserm/Université de Montpellier) et du Laboratoire d’innovation thérapeutique (CNRS/Université de Strasbourg) ont mis mettre en exergue le rôle de la molécule FLT3 dans la douleur chronique.

Une cible pour bloquer la douleur chronique

La molécule FLT3 est connue pour ces caractéristiques dans la fluidité des flux sanguins et les fonctions hématologiques et s’est avérée avoir un rôle d’importance dans les douleurs chroniques.
Suite à cette découverte, les chercheurs ont créé une molécule anti-FLT3 (BDT001) ciblant le site d’accrochage de FL. Cette nouvelle molécule bloque la liaison entre FL et FLT3, stoppant par la même la douleur chronique.
Les essais cliniques sur des modèles de rongeurs souffrant d’une algie chronique ont démontré une efficacité dans les 3 heures persistant 2 jours après une seule administration.

La BDT0001 ouvre la voie au développement de nouveaux médicaments pour le traitement des douleurs chroniques.
Un espoir pour les patients car les médicaments actuels ne permettent de soulager la douleur chronique que dans 50% des cas et ont parfois des effets secondaires indésirables.
 

Source Revue scientifique « Nature » – Inhibition of neuronal FLT3 receptor tyrosine kinase alleviates peripheral neuropathic pain in mice
Communiqué de Presse INSERM – Une piste innovante pour combattre la douleur chronique