E-santé : pilules électroniques pour surveiller sa santé

Le domaine High Tech est en train de rendre un grand service à la médecine. La tendance est de plus en plus aux capteurs connectés. Bracelets, brassards, patchs… reliés à un smartphone via une application mobile et même dans certains cas directement avec un centre médical. Un dispositif encore plus recherché est en train d’être mis au point par une jeune pousse baptisée Proteus, basée à Redwood, en Californie.
Il s‘agit des pilules intelligentes, électroniques et connectées.

Comment ça fonctionne ?
Avalée avec un verre d’eau, la pilule va élire domicile dans l’estomac. Elle reste telle quelle grâce au cuivre et au magnésium qui la protègent. Puis elle enverra des informations à un téléphone mobile via un patch collé sur le corps qui assure la communication. La pilule produit sa propre énergie électrique pour fonctionner à partir des acides de l’estomac. « Cela pourrait servir à surveiller les signes vitaux de certains patients ou encore à rappeler à des malades qu’ils n’ont pas pris leurs médicaments », explique Proteus. L’entreprise de biotechnologie de pointe, spécialisée dans la découverte, l’ingénierie et la production de protéines d’intérêt industriel, a récemment levé plus de 60 millions de dollars pour finaliser cette innovation.

Ces gadgets technologiques liés à la santé, à la mode dans la Silicon Valley, adhèrent à un nouveau type de médecine plus préventive. A l’adresse de ceux qui s’inquiètent de ce genre d’innovation, par exemple, pour des questions de vie privée et de données personnelles, Eric Schmidt, le patron de Google, a réagi: « En cas de vie ou de mort, on sera certainement prêt à ingérer une e-pilule sans se poser de questions ».