Un tatouage vivant à base de bactéries

L’impression 3D est intensivement explorée pour fabriquer des structures personnalisées de matériaux réactifs, y compris des hydrogels, des élastomères à cristaux liquides, des polymères à mémoire de forme et des gouttelettes aqueuses. Cette nouvelle « invention » concerne un nouveau procédé et un nouveau système de matériau capables d’imprimer en 3D des encres hydrogel avec des cellules bactériennes programmées en tant que composants réactifs dans des matériaux vivants à grande échelle (3 cm) haute résolution (30 μm).

En effet des chercheurs américains du du Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis viennent de créer le premier « tatouage vivant » fabriqué à partir de bactéries fluorescentes réagissant à divers composés chimiques, résistantes et compatibles avec la plupart des matériaux fabriqués à partir d’eau et de polymères utilisés dans les laboratoires et pour certains actes médicaux.
Ce tatouage composé de bactéries génétiquement programmées réagit à diverses substances chimiques. L’équipe de recherche a développé une encre faite d’hydrogel, de bactéries fluorescentes et d’un mélange de nutriments gardant les bactéries en vie.
Grâce à la technologie 3D, ils ont imprimé un prototype ayant la forme d’un arbre. Celui-ci est divisé en trois parties différentes, chacune réagissant à un polluant défini. Pour le test, l’impression a été posée sur un patch transparent, et appliquée sur une peau exposée à ces différents polluants. Les bactéries entrent en contact avec les différents stimuli chimiques et les sections de l’arbre-tatouage s’allument.
Dans un premier temps, ces tatouages pourraient servir de détecteur pour certaines particules polluantes et dangereuses.
Les chercheurs visent ensuite à fabriquer des capteurs personnalisés, sous la forme de patchs flexibles et d’autocollants qui pourraient être conçus pour détecter une variété de composés chimiques et moléculaires et finalement délivrer des médicaments au fil du besoin et du temps.

 

 

Source : Revue Advanced Materials et revue Science Daily – New technique 3-D prints programmed cells into living devices for first time. et MIT News – Engineers 3-D print a “living tattoo”
Crédit photo : MIT