Devenu le plus important salon consacré à l’innovation technologique, le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas dans le Nevada est organisé annuellement, au début du mois de janvier, par la ConsumerTechnology Association.
Parmi les centaines d’innovations technologiques présentes, de nombreuses visent à améliorer la santé au quotidien et la santé connectée occupe encore, cette année, une place de choix dans les innovations repérées au CES 2018.

Ainsi, l’offre e-Santé de la Poste française, « La Poste eSanté », avec un espace numérique de santé rassemblant des données accessibles aux patients et aux professionnels (généralistes, hôpitaux, spécialistes…). Téléchargeable gratuitement sur smartphone, elle peut collecter des données provenant d’objets connectés tels que le tensiomètre ou la pompe à insuline et envoyer des alertes en cas de problème. Ce carnet de santé numérique enregistre les vaccinations et permet un suivi à domicile du patient après une intervention. Ou encore Immersive Therapy, une startup française qui propose l’application « Diapason » pour détecter et soulager les acouphènes en réalisant un audiogramme et en offrant un « traitement » basé sur des jeux sonores.

Mais la France n’est pas la seule à posséder des compétences en la matière puisque nos jeunes ingénieurs informaticiens et spécialistes en neurones artificiels sont également très doués.

Rappelez-vous, au Big Booster 2016, un programme international de six mois développé entre Lyon et Boston, un jeune Tunisien, Kirmène Marzouki, avait remporté la troisième place parmi des centaines de participants avec son application, destinée aux professionnels de la santé, pour l’échange d’images médicales au format DICOM sur smartphone et ce, en vue d’obtenir un deuxième avis entre autres.
C’est d’ailleurs l’occasion de se poser la question de savoir où en est le projet de santé numérique lancé par le Dr Aziz El Matri.

Jaouida Ben Aouali