Une Journée pour de bonnes pratiques de gestion des déchets

Journee gestion dechets des activites de soins

Le   CNOPT s’est fixé comme objectif majeur la sensibilisation de tout le corps pharmaceutique sur les bonnes pratiques de gestion des déchets d’activités de soins générés au niveau des hôpitaux, des laboratoires d’analyses médicales, dans l’industrie pharmaceutique, ainsi que dans les officines et les grossisteries, ce challenge impliquant tous les pharmaciens et leurs collaborateurs, compte tenu des risques liés à la manipulation des déchets en intra-muros, pour la santé publique et pour l’environnement en extra-muros.

Dr Lotfi Gastli

 
Destinée aux pharmaciens officinaux et aux pharmaciens grossistes répartiteurs qui, de par leurs activités, génèrent à peu près les mêmes types de déchets, une Journée de sensibilisation sur les bonnes pratiques de gestion des déchets d’activités de soins (DAS) en officine et dans les grossisteries a été organisée le jeudi 3 novembre 2016.

Quant à nos confrères hospitaliers, une autre journée leur sera dédiée et ce, du fait de la spécificité des déchets au niveau des hôpitaux tant en quantité, qu’en qualité et procédures de tri, de conditionnement, de stockage, de collecte et de traitement.

Les biologistes et industriels sont plus au fait des nouvelles pratiques en matière de gestion des déchets et sont pratiquement tous sous contrats avec des sociétés spécialisées autorisées dans leur collecte et leur traitement.

Gestion des déchets en officine et grossisterie

Quel est, à l’heure actuelle, l’état des lieux ?

Depuis l’entrée en vigueur de la loi interdisant aux services municipaux la collecte des déchets au niveau des officines, les pharmaciens n’ayant pas de contrats avec les sociétés autorisées se sont retrouvés à gérer, tant bien que mal, eux-mêmes leurs déchets et ce, de la façon suivante :

  • Les déchets d’activités de soins à risque infectieux, mous et solides, comme les compresses contaminées, les seringues, les gants etc. sont collectés dans des sacs-poubelles classiques, puis emballés dans des cartons et enfin déposés dans les bennes publiques. Il faut préciser que ce type de déchets ne représente pas un grand volume au quotidien.
  • Les déchets piquants, coupants, tranchants ou polychloroterphényles (PCT) comme les flacons et ampoules en verre, les aiguilles, les lames etc. sont triés et stockés dans des bouteilles en plastique contenant de l’eau de javel, en attendant leur collecte par une société spécialisée. Ce type de déchets ne représente pas non plus un grand volume au quotidien.
  • Les déchets d’activités de soins à risques toxiques et chimiques, à savoir les médicaments, les produits chimiques utilisés dans les préparations pharmaceutiques, les bombes aérosols et sprays, périmés ou altérés ou encore complètement utilisés, étaient auparavant incinérés dans les décharges publiques en présence d’un huissier notaire et d’un agent du fisc mais cette procédure n’est plus de mise et est totalement interdite. Les pharmaciens d’officine et les pharmaciens grossistes répartiteurs s’adressent désormais directement à la société TES, seule autorisée à collecter, transporter, trier et détruire les médicaments périmés. A ce niveau, le problème des produits et substances classés comme stupéfiants périmés et répondant à la réglementation spécifique en vigueur reste entier.

Comment palier à ces défaillances ?

Le rôle du CNOPT, ainsi que celui des conseils régionaux de l’Ordre des pharmaciens, est primordial pour faciliter la signature des conventions et des contrats entre les officines de détails, les grossistes et les sociétés spécialisées autorisées.

Il est donc impératif de :

  • De mettre à la disposition de tous les confrères au niveau du CNOPT, des CROPT et du site web la liste, mise à jour, de toutes les sociétés autorisées par le ministère des Affaires locales et de l’Environnement à gérer les déchets.
  • De programmer, au niveau de toutes les manifestations pharmaceutiques régionales, des thèmes de formation spécifique et de sensibilisation destinés aux pharmaciens et à leurs collaborateurs concernés par la production des déchets, en insistant sur le fait qu’une bonne gestion de ces déchets nous permettra
  • De limiter les effets et impacts nocifs sur la santé et l’environnement
  • De réduire la quantité de germes pathogènes présents dans les déchets
  • De maîtriser le risque de toxicité des déchets
  • Secondairement, de réduire le volume des déchets

Correctement assimilé, ce message sera très pertinent à transmettre par toute l’équipe officinale à sa patientèle.

  • De renforcer le partenariat CNOPT-ANGED en intervenant mutuellement dans les campagnes de formation et de sensibilisation sur la gestion des déchets.
  • D’élaborer, dans un proche avenir, un manuel ou guide de procédures spécifique à chaque activité pharmaceutique pour la gestion des déchets.

 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins 
Journee gestion dechets des activites de soins

Commentaires

commentaires