L’administration de la kétamine par voie nasale est contre-indiquée lors d’une dépression résistante

Deux récentes analyses scientifiques ont démontré que la kétamine, un anesthésique courant, révolutionne le traitement de la dépression sévère et résistante.
La kétamine par voie intraveineuse réduit en effet les idées suicidaires en quelques heures, alors qu’il faut attendre 2 à 3 semaines pour observer une réponse avec un antidépresseur classique. Cependant, la perfusion ne peut constituer un traitement au long cours et d’autres voies d’administration ont été testées comme la voie sous-cutanée ou la voie nasale.
La voie nasale est plus simple à utiliser et moins invasive que les autres voies de l’administration du traitement.

Contrairement aux essais précédents, une nouvelle étude révèle la nature aléatoire de la tolérance de la kétamine par voie nasale d’un malade à l’autre.
Les résultats ont été édités aujourd’hui dans le Journal of Psychopharmacology.
« Il est clair que la délivrance de la kétamine par voie nasale n’est pas aussi intéressante qu’elle le semblait au premier abord », a relevé l’auteur principal de ces travaux, le professeur Colleen Loo, du Black Dog Institute. Il a ajouté : « De nombreux facteurs entrent en jeu dans les traitements par kétamine intra-nasale : l’absorption varie d’une personne à l’autre et peut varier d’un jour à l’autre en fonction de l’état de la muqueuse nasale et de la technique d’administration utilisée ».
L’essai clinique pilote visait à tester la faisabilité de doses répétées de kétamine par voie intra-nasale chez 10 malades souffrant de dépression sévère, avant un essai contrôlé randomisé plus important. Les participants ont tous été formés à l’auto-administration intra-nasale avant de recevoir huit traitements à la kétamine ou un placebo sur une période de quatre semaines. Après les premières réactions, la dose a été ajustée pour espacer les intervalles de temps entre les pulvérisations.
« L’administration intra-nasale de kétamine est très puissante car elle contourne les voies métaboliques, et la kétamine est rapidement absorbée dans la circulation sanguine », a indiqué le professeur Loo. Il a aussi révélé que : « Mais comme nos résultats le montrent, cela peut conduire à des problèmes avec des niveaux élevés de kétamine chez certaines personnes causant des effets secondaires problématiques ».
Une première étude menée par le professeur Loo l’année dernière a montré la rapidité et l’importance des effets antidépresseurs de la kétamine chez les patients âgés lorsque celle-ci était administrée par voie sous-cutanée en doses répétées et ajustées individuellement. « Plus d’études sont nécessaires pour identifier le niveau de dosage optimal de la kétamine pour chaque d’administration avant que la voie nasale puisse être considérée comme une option de traitement valable ». La bonne dose et la bonne voie d’administration de la kétamine restent à trouver pour les patients selon les cas.
 

Crédit Photo : MrGrren71 – Wikipédia – CC BY-SA 3.0