Débat sur la bioéquivalence

C’était le nom d’un article publié en février 2013 dans la revue américaine JACC (Journal of the American College of Cradiology) et qui vient enrichir le débat portant sur la réelle équivalence des génériques par rapport aux princeps.
Il s’agit d’une étude réalisée sur 1579 patients qui a comparé des données de laboratoire relatives aux Clopidogrel générique, entre les mois d’octobre 2011 et mars 2012, basée sur les données obtenues avec le Plavix® pour la même période de l’année précédente.
Le résultat fut un pourcentage, significativement, plus élevé de patients atteints de haute réactivité plaquettaire (HPR) lors de l’administration de clopidogrel base (générique) par rapport à l’hydrogénosulfate de clopidogrel (princeps). Sachant que cette HPR est associée à une incidence significativement plus élevée de récidive ischémique chez les patients atteints de syndromes coronariens aigus, subissant une intervention coronarienne percutanée avec pose de stent, ceci permet d’avoir une meilleure idée sur le pronostic de ces malades et de préconiser un traitement antiplaquettaire plus agressif.

Les auteurs suggèrent de réaliser une étude ad hoc spécifique randomisé afin de mieux étudier la bioéquivalence thérapeutique des génériques du clopidogrel par rapport à son princeps et de prouver définitivement leurs effets respectifs sur les plaquettes.