La diarrhée du nourrisson

Reconnaître et traiter la diarrhée du nourrisson

Poussées dentaires, rotavirus, lait maternel, biberons mal préparés et mal nettoyés, intolérance au gluten et au lait en poudre, autant de facteurs qui peuvent enclencher des diarrhées chez le nourrisson. Des diarrhées qui exigent un diagnostic et une prise en charge rapides.

Comment reconnaître la diarrhée du nourrisson ?

Une diarrhée se caractérise par des selles très fréquentes (plus de 3 fois) et liquides. Dans le cas d’une gastro-entérite, cette diarrhée peut s’accompagner de vomissements.
Les bébés nourris exclusivement au lait maternel peuvent avoir des selles nombreuses et liquides ou molles, jaunâtres, granuleuses, jusqu’à cinq fois par jour.
Il peut arriver qu’un nourrisson allaité ait une selle pendant, ou juste après, chaque tétée.
En effet, le lait stimule l’appareil intestinal à mesure que l’estomac se remplit, entraînant une selle.
Au bout d’un mois, la plupart des bébés allaités passent à une ou deux selles par jour. Les bébés nourris au biberon ont généralement une selle par jour, de couleur brun clair et plutôt ferme.
Des selles occasionnellement molles sont tout à fait normales.

Les signes préoccupants d’une diarrhée

Pour ne pas passer à côté d’un risque de déshydratation, certains signes doivent alerter, notamment quand :
-Le bébé vomit dès qu’il boit ou mange, sa bouche est sèche, il a des selles au moins toutes les deux ou trois heures, celles-ci contiennent du sang, il est somnolent, voire ne répond pas aux sollicitations, il a des cernes, le teint gris, sa fontanelle est creuse.
-La diarrhée induit systématiquement une chute de poids importante. Un enfant de 6 kilos qui perd 600 g, va perdre un dixième de son poids, c’est comme si un adulte de 70 kilos perdait 7 kg en 1 ou 2 jours ! Il ne faut donc pas sous-estimer 500 grammes de perdus car la déshydratation n’est jamais très loin, avec des risques de coma et de décès.

Quelques types de diarrhées du nourrisson

• Toxicose et gastro-entérite des nouveau-nés
Elle se traduit par des vomissements et diarrhées qui s’accompagnent de perte de poids. C’est un syndrome sérieux car il y a risque de déshydratation mortelle. Dans ce cas, la perfusion à l’hôpital reste l’ultime solution. Consultez donc votre médecin ou pédiatre.
• Les diarrhées de malabsorption
Ces diarrhées sont dues au fait que l’organisme ne sait pas ou ne sait plus digérer certains aliments. Chez le bébé, les deux causes les plus connues sont les intolérances au lait de vache et les intolérances au gluten. Ce sont des diarrhées plus discrètes et les selles sont souvent nauséabondes.

Traitements de la diarrhée

• Traitement préventif
Une hygiène correcte peut contribuer à réduire les risques de diarrhée, en empêchant la contamination. Si votre enfant a une diarrhée ou si vous êtes vous-même malade, le seul moyen efficace d’éviter de contaminer l’entourage est de bien se laver les mains, pendant au moins 15 secondes avec un savon antibactérien.
Quel que soit l’âge de votre enfant, si ses selles sont plus fréquentes et si elles deviennent très liquides, proposez-lui régulièrement un soluté de réhydratation pour éviter qu’il ne se déshydrate.
• Approche homéopathique
L’homéopathie peut être d’un grand secours pour vos bébés mais avant, demandez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin homéopathe.
– Diarrhée rebelle à tout traitement : Paratyphoidinum B 9 CH (2 granules 3 fois / jour)
– Diarrhée verdâtre du bébé, due à une poussée dentaire, le bébé est très agité : Chamomilla 15 CH (2 granules 3 fois/ jour)
– Diarrhée due à une intolérance au lait : Aethusa cynapium 5 CH (2 granules 3 fois/ jour)
– Diarrhée accompagnée de spasmes : Magnesia carbonica 5 CH ou Magnesia phosphorica 5 CH (2 granules 3 fois/ jour)
– Alternance de diarrhée et de constipation : Pulsatilla 7 CH (2 granules 3 fois/ jour)
Il est également très important de rééquilibrer la flore intestinale du nourrisson avec des probiotiques pour agir sur l’équilibre de la flore intestinale et le confort digestif.

• Approche allopathique
Les traitements allopathiques courants consistent à prescrire des spécialités, telles le :
– Tiorfan (anti-sécrétoire intestinal), en complément à la réhydratation orale. Il s’agit d’un traitement symptomatique des diarrhées aiguës du nourrisson.
– Ercéfuryl (anti-bactérien) est recommandé dans le cas de diarrhée aiguë, présumée d’origine bactérienne, en l’absence de suspicion de phénomènes invasifs (altération de l’état général, fièvre, signes toxi-infectieux…).
-Smecta (pansement digestif).
La meilleure attitude à mener contre la diarrhée du nourrisson est de :
1. Réhydrater rapidement en administrant de l’eau sucrée et salée en très petites quantités et en alternance pour compenser la perte hydrique et le désequilibre iodé et glucosique.
L’eau de riz reste un grand classique de la diarrhée infantile. La soupe de carotte présente la même indication.
Si votre enfant est âgé de plus de six mois, donnez-lui de la banane, du riz, une purée de carottes, de la compote de pomme et des biscottes. Pour les bébés plus âgés ou les enfants qui commencent à marcher, vous pouvez essayer de petites quantités de poulet et de féculents, comme la purée de pommes de terre et les pâtes. Il se peut qu’il n’ait pas envie de manger, ne le forcez pas. L’important est de lui proposer régulièrement de l’eau pour éviter la déshydratation.
2. Rééquilibrer la flore intestinale du nourrisson.
3. Si votre bébé est irritable pendant une crise de diarrhée, essayez de le câliner et de le réconforter et gardez-le au sec. Changez ses couches et appliquez une crème protectrice (crème à base d’oxyde de zinc) pour éviter l’irritation.
4. Ne laissez pas la diarrhée s’installer et ne donnez pas de médicaments anti-diarrhéiques sans avis médical. Cela pourrait avoir de sérieux effets secondaires. 
Mehdi Ouahchi

Commentaires

commentaires