La Tunisie vers la création d’une commission nationale de prévention

Tunisie : Commission nationale de prévention du virus Ebola

A l’instar des pays comme le Maroc et l’Arabie Saoudite, la Tunisie est sortie de son silence face au virus Ebola.

C’était au mois d’avril dernier que les autorités marocaines ont décidé de la mise en place d’un dispositif sanitaire à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. L’administration saoudienne, quant à elle, a refusé de donner le visa aux ressortissants guinéens pour le « hadj » cette année.

Devant la propagation rapide de ce virus contagieux et mortel, le ministre tunisien de la Santé, Mohamed Salah Ben Ammar, vient d’annoncer la mise en place prochaine d’une stratégie nationale de lutte contre cette fièvre hémorragique.

Les premiers signes de ce virus sont la fièvre, le vomissement, la diarrhée, une éruption cutanée, une insuffisance rénale, des douleurs musculaires et parfois des hémorragies. Il se transmet au contact du sang, de l’urine, du sperme, de sécrétion etc.

Les derniers chiffres de l’OMS (chiffres au 27 juillet 2014) s’élèvent à 1323 cas de fièvre hémorragique (909 confirmés Ebola), dont 729 se sont soldés par un décès (485 confirmés Ebola). Il n’existe pas encore de traitement ni de vaccin contre la maladie.

Commentaires

commentaires