Lactalis et les distributeurs au banc des accusés

Suite à son entretien avec Emmanuel Besnier, président-directeur général de Lactalis, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué le vendredi 12 janvier, que « Lactalis reprendra tous les lots fabriqués sur le site de Craon quelle que soit leur date de fabrication », Lactalis s’étant engagé à reprendre tous les laits infantiles produits dans l’usine de Craon (Mayenne) où s’est produite une contamination aux salmonelles.
Le 21 décembre, la mesure de rappel concernait tous les lots de produits fabriqués ou conditionnés sur ce site depuis le 15 février 2017. Dans un communiqué en date du 11 janvier, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) signale une nouvelle vague de contrôles de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour s’assurer du retrait des différents lots de produits Lactalis. Ces contrôles doivent porter sur l’ensemble des réseaux de distribution. Le syndicat invite donc les pharmaciens à s’assurer que tous les lots concernés ont été effectivement retirés. De son côté, Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre national des pharmaciens de France, estime que « la filière pharmaceutique s’est immédiatement organisée pour gérer le retrait des produits infantiles et nutritionnels et approvisionner les pharmacies en produits de substitution ». Cependant, « s’il s’avérait que certains pharmaciens avaient continué à délivrer des produits incriminés par les rappels, des procédures disciplinaires seraient immédiatement engagées », indique-t-elle. « Par leur manquement, ces quelques pharmaciens mettent en danger la sécurité sanitaire, trahissent la confiance des patients et bafouent l’honneur de la profession. C’est inacceptable! Je tiens, au nom de la profession, à assurer mon soutien aux familles qui auraient pu en pâtir », s’indigne Carine Wolf-Thal.