La minocycline, un médicament pour l’acné pourrait freiner la sclérose en plaque

La sclérose en plaque (SEP) est une maladie inflammatoire et auto-immune du système nerveux central, elle est due à la démyélinisation : la dégradation de la gaine protectrice qui entoure les neurones. La SEP reste pour l’instant une maladie incurable mais d’après une nouvelle étude menée conjointement par la University of Calgary’s Hotchkiss Brain Institute et par la Cumming School of Medicine (au Canada), la minocycline, un antibiotique, couramment utilisé pour soigner l’acné, ralentit la progression de la sclérose en plaques.
Cette conclusion étonnante, est le résultat d’une étude sur un groupe de 142 volontaires, âgés de 18 à 60 ans, touchés par la sclérose en plaques, soumis à un test clinique en 3 phases. Les scientifiques ont découvert que les effets anti-inflammatoires de la minocycline pouvaient aussi ralentir la progression de la maladie lorsque celle-ci n’était pas trop avancée. Les résultats de ces travaux publiés dans la revue spécialisée « New England Journal of Medicine » ont été accueillis très favorablement car la minocycline est un traitement non invasif ne nécessitant aucune injection, aucune hospitalisation.
Il offre des perspectives prometteuses pour la prise en charge précoce de la SEP mais son utilisation se fera sous contrôle étroit de l’ANSM (Agence Nationale de la Surveillance des Médicaments)