Les myrtilles pour booster le traitement de radiothérapie lors d’un cancer du col de l’utérus

Cette étude in vitro de l’Université du Missouri-Columbia montre l’efficacité de l’extrait de myrtille pour améliorer le traitement par radiothérapie, un des traitements les plus courants, du cancer du col de l’utérus.
Des résultats très probants, présentés dans la revue Pathology and Oncology Magazine qui vont donner lieu à de prochaines recherches in vivo et viennent ajouter un effet radio-sensibilisateur aux remarquables propriétés anti-oxydantes des fruits rouges.

La radiothérapie utilise les rayons X et d’autres particules telles que les rayons gamma pour détruire les cellules cancéreuses mais elle détruit également les cellules saines voisines. Pour certains cancers, comme le cancer du col de l’utérus à un stade avancé, la radiothérapie est une bonne option de traitement, mais les dommages collatéraux aux cellules saines sont inévitables, souligne l’auteur principal, le Dr Yujiang Fang. Son équipe a repris l’hypothèse d’études antérieures montrant que le resvératrol, un anti-oxydant présent dans le raisin et le vin rouge était un radio-sensibilisateur efficace dans le traitement du cancer de la prostate. Alors que les myrtilles contiennent également du resvératrol, l’équipe regarde ici leur efficacité en tant que radio-sensibilisateur dans le traitement du cancer du col. La démonstration est faite in vitro sur des lignées de cellules humaines de cancer du col de l’utérus, divisées en quatre groupes, un groupe témoin ayant reçu seulement le rayonnement, un groupe ayant reçu l’extrait de myrtille et un groupe ayant reçu à la fois le rayonnement et l’extrait. Les chercheurs ont révélé que le rayonnement réduit les cellules cancéreuses d’environ 20%, que l’extrait de myrtilles seul présente une proportion de 25% et que la combinaison rayonnement et extrait constitue un taux de 70%. L’association de resvératrol et flavonoïdes dans l’extrait de myrtilles s’avère ainsi un excellent radio-sensibilisateur non seulement en raison de sa concentration en resvératrol, mais également en flavonoïdes, des composés chimiques qui présentent à la fois des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antibactériennes. Les myrtilles semblent permettre à la fois un effet radio-sensibilisateur mais aussi réducteur de la croissance cellulaire. Et, en plus de réduire la prolifération cellulaire, l’extrait semble « piéger » les cellules cancéreuses, ce qui inhibe la division et favorise la mort cellulaire.

Source: Eurekalert – Berry gives boost to cervical cancer therapy