Nischarine : molécule prometteuse pour la prise en charge du diabète et de l’obésité

C’est une découverte de chercheurs de l’Université de l’Etat de la Louisiane, une protéine nommée « la nischarine » pourrait jouer un rôle déterminant dans la prise en charge des maladies métaboliques comme le diabète et l’obésité. Les essais cliniques ont été réalisés sur un modèle de souris. Les résultats publiés dans «Journal of Biological Chemistry ».
Les travaux des scientifiques américains ont ciblé une série de réactions métaboliques montrant l’action de cette entité protéique sur l’obésité et exprimant l’interaction de cette protéine en activant la voie énergétique liée au gène AMPK. Dans le cadre de cette étude et sur un modèle de souris, les chercheurs ont montré que le déficit en nischarine induit une diminution du glucose suite à la baisse de l’activité des gènes à l’origine de la synthèse de ce nutriment glucidique, en corrélation avec la nischarine et un autre gène dans la régulation de l’absorption glucidique, le taux de glucose du sanguin est plus faible et donc ces rongeurs présentent une tolérance adaptée aussi bien pour le glucose que l’insuline. Par ailleurs, les souris ayant reçu de la nischarine « modifiée » vont inhiber des gènes qui sont à l’origine de la concentration des gras au niveau du foie et qui interviennent dans le métabolisme des lipides, ces souris vont ainsi diminuer du poids.

La nischarine pourrait constitue une molécule prometteuse. Les mutations et la transformation moléculaire de la nischarine pourraient ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques pour la prise en charge de syndromes métaboliques, dont l’obésité et le diabète.