35 millions de dollar pour l’unité de Novartis en Algérie

35 millions de dollars, tel est le montant d’un investissement que le groupe pharmaceutique suisse Novartis s’est engagé à injecter dans son unité de Sandoz à Oued Smar en Algérie.

Il s’agit d’un plan de développement qui s’étale jusqu’en 2017, destiné à mieux répondre à la demande locale et à l’ouverture sur l’exportation. Selon Karim Harchaoui, DG Novartis Algérie, cette action renforcera la place qu’occupe le groupe, étant parmi les trois premiers laboratoires au monde, par rapport à la concurrence et accroîtra sa position parmi les investisseurs les plus importants dans l’industrie pharmaceutique en Algérie, où il occupe le 7ème rang et où il compte bien remonter à la 3ème place dans les années à venir.

De nouveaux médicaments pour les affections cardiovasculaires et respiratoires, entre autres, ont d’ailleurs été développés par Novartis et attendent leur enregistrement et leur homologation auprès du Ministère de la Santé du pays.

Les revenus pétroliers ayant baissé en 2015, l’importation des médicaments s’en est ressentie. « Les laboratoires installés en Algérie, notamment ceux ayant investi dans la production, se défendent mieux devant la crise actuelle », affirme le directeur général de Novartis Algérie. « Pour faire face à cette crise, il faut investir localement ».

Commentaires

commentaires