La Liste modèle des médicaments essentiels de l’Organisation Mondiale de la Santé vient d’être mise à jour.

30 médicaments pour les adultes et 25 médicaments pour les enfants ont été ajoutés à la Liste modèle des médicaments essentiels de l’OMS, ont été précisées de nouvelles utilisations pour 9 produits figurant déjà dans la liste; soit un total de 433 médicaments essentiels pour répondre aux besoins de santé publique les plus importants.
La Liste OMS des médicaments essentiels est prise en référence par de nombreux pays pour accroître l’accès aux médicaments et orienter les décisions concernant les produits dont ils doivent garantir la disponibilité pour leur population.

Nouvelles recommandations sur l’utilisation des antibiotiques

Concernant les antibiotiques, ils ont été classés en 3 catégories: les antibiotiques auxquels l’ACCÈS est indispensable, ceux à utiliser avec PRÉCAUTION et ceux à utiliser en DERNIER RECOURS.
Ce classement a pour but de s’assurer de la disponibilité des antibiotiques adaptés pour traiter les infections appropriées afin d’améliorer les résultats thérapeutiques, de réduire le développement de bactéries résistantes aux médicaments et de préserver l’efficacité des antibiotiques de «dernier recours» pour les cas extrêmes. Ceci en cohérence avec le Plan d’action mondial de l’OMS pour combattre la résistance aux antibiotiques vise à combattre le développement de la résistance aux antibiotiques.

De nouveaux médicaments ont été ajoutés à cette liste :
– dasatinib et nilotinib : pour le traitement de la leucémie myéloïde chronique
– la première combinaison thérapeutique associant le sofosbuvir et le velpatasvir pour traiter les 6 types d’hépatite C
– le dolutégravir pour le traitement de l’infection à VIH,
– le délamanide pour le traitement de la tuberculose multirésistante chez l’enfant et l’adolescent, et la clofazimine pour le traitement de la tuberculose multirésistante chez l’enfant et l’adulte;
– les dispositifs transdermiques de fentanyl et la méthadone pour le traitement de la douleur chez les patients atteints de cancer, afin d’augmenter l’accès aux médicaments pour les soins de fin de vie.