Modèle mathématique pour optimiser les injections de peptide et booster le tissu osseux

Un nombre d’injections d’un peptide particulier permet d’éviter la vulnérabilité des os et l’ostéoporose.
Les travaux de scientifiques de l’Université de Delaware ont étudié les effets bénéfiques d’un peptide particulier nommé CK2.3 sur la souris pour pouvoir le transposer chez l’homme.

Les résultats des travaux ont été publiés dans la revue « Pharmacometrics and Systems Pharmacology » apportant un espoir pour de nouvelles thérapeutiques dans la prise en charge de l’ostéoporose.

Selon les essais cliniques effectués sur un modèle de souris et sur l’être humain, les injections de CK2.3 pourraient être capables d’augmenter la densité minérale osseuse en réduisant la dégradation osseuse et en augmentant simultanément la formation osseuse.

Dans ce travail, il y a eu la collaboration de biologistes et de mathématiciens.
En effet, les biologistes américains ont indiqué que le peptide permettait d’augmenter, sur une souris modèle d’ostéoporose, la densité minérale osseuse. En outre, l’injection sous-cutanée a ainsi entraîné l’augmentation de la formation osseuse et diminué la dégradation osseuse dans la couronne du crâne.

Une souris et un humain sont différents à bien des égards et transposer un dosage est par conséquent plus complexe qu’un simple ajustement de poids.
Le but du modèle mathématique était de déterminer précisément pour l’être humain, la concentration locale de CK2.3 sur le site de formation osseuse, puis d’évaluer l’élévation de la densité minérale osseuse et de définir la posologie, la dose, ou la forme galénique nécessaire et optimisée du principe actif pour qu’il ne devienne pas toxique pour l’homme.

Source : Pharmacometrics and Systems Pharmacology – Mathematical modeling of the effects of CK2.3 on mineralization in osteoporotic bone http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/psp4.12154/full