Le « pas juste prix » de la tuberculose

tuberculose

Dans le monde, près de 500 000 malades sont atteints de tuberculose résistante. Ce qui signifie que les antibiotiques existants sont inefficaces, il s’agit d’une antibiorésistance. De nouvelles molécules sont actuellement présentes sur le marché pharmaceutique pour soigner cette maladie infectieuse. Cependant, elles ne sont pas toujours accessibles du fait de leur prix élevé.

C’est le cas du délamanide, selon l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF), qui a annoncé que « le laboratoire japonais Otsuka a déclaré qu’il rendrait disponible le délamanide, dans certains pays en développement, à un prix de 1 700 dollars par traitement ».

Or ce traitement est le seul, avec un autre antituberculeux développé depuis un demi-siècle, à être efficace contre les formes de tuberculose résistantes à la plupart des autres antibiotiques, comme la TB multi-résistante (TB-MDR) et ultrarésistante (TB-XDR). Le prix est trop élevé pour que les malades des pays en développement puissent en bénéficier.

Et ce d’autant plus que, pour le traitement des tuberculoses résistantes (TB-DR), le délamanide doit être associé à plusieurs autres médicaments. Le prix minimum du traitement dans les pays en développement, varie déjà aujourd’hui entre 1 000 et 4 500 dollars par malade.

L’organisation MSF a indiqué : « Le but devrait être de pouvoir proposer un prix de 500 dollars par patient ». Le délamanide qui est un nouveau médicament, très prometteur, n’aura aucun impact si les patients n’y ont pas accès alors que jusqu’à deux-tiers des 500 000 patients atteints de tuberculose résistante chaque année pourraient en bénéficier. Ils ne sont que 180 patients à y avoir eu actuellement accès, deux ans après son autorisation, par les autorités sanitaires de réglementation européenne et japonaise.

Commentaires

commentaires