Le PET Scan, enfin en Tunisie !

petscan

Le PET Scan ou tomographie à émission de positons est une technique d’imagerie qui s’intéresse plus au fonctionnement d’un organe qu’à sa structure. Tout comme la scintigraphie, le principe du PET Scan repose sur l’injection d’un produit faiblement irradiant, le plus souvent du Fluoro-Deoxy-Glucose, dont la distribution dans l’organisme sera détectée grâce au PET Scan.

Le premier appareil de PET Scan en Tunisie est enfin disponible, avec tout un espace aménagé et dédié à l’examen, grâce au Docteur Mejdi Mahersi, spécialiste en médecine nucléaire, scintigraphie et thérapie aux radio-isotopes et initiateur du PET Scan en Tunisie.

Saima Ksibi

Qu’est ce que le Pet Scan ?

Le Pet Scan est une technique d’imagerie médicale considérée comme une évolution dans le domaine de la médecine nucléaire, de l’imagerie et de la scintigraphie. Le principe essentiel de cette technique est d’injecter un traceur,  soit un produit spécifique de l’organe pour la scintigraphie, et dans le Pet Scan on injecte un produit spécifique à la cellule cancéreuse. La technique du Pet Scan est une imagerie de la cellule cancéreuse et son apport principal se fait dans le domaine de la cancérologie.

Quelle est la particularité de cette technique ?

La particularité de cette technique est dans le produit injecté utilisé,  spécifique de la cellule cancéreuse.

Quel est son intérêt ?

Cette technique permet un diagnostic précoce et aisé du cancer. En effet, il s’agit d’un examen du corps entier permettant de détecter tous les foyers de cancer, qu’ils soient primitifs ou de métastases. Donc, en un seul examen, on réalise l’imagerie du corps entier et l’on détecte tous les foyers éventuels de cancer.

L’avantage du Pet Scan réside donc dans :

  1. Le diagnostic précoce de la maladie cancéreuse, ce qui facilite le traitement.
  2. La possibilité de faire un bilan général de tout le corps pour connaître le stade d’avancement du cancer.
  3. Le diagnostic précoce et la l’établissement du stade évolutif du cancer permettent de bien adapter le traitement (chirurgie, chimiothérapie, combinaison des deux ou radiothérapie).
  4. Le suivi de l’évolution et des réponses au traitement. En effet, lorsque l’on démarre une chimiothérapie, par exemple, pour un cancer, le Pet Scan permet de faire une évaluation rapide, facile et performante de l’efficacité du traitement et de poursuivre, ou de changer, le protocole de chimiothérapie selon que le traitement s’avère efficace ou non.

Ce qui permettra au patient de gagner du temps et de l’argent. Cette technique lui épargnera un traitement inefficace ou une chimiothérapie épuisante, et surtout onéreuse, quand son cas requiert un autre traitement.

Lors du diagnostic et du traitement d’un patient cancéreux, il est important de faire des contrôles et des suivis pendant toute sa durée.

Dans toutes les maladies cancéreuses, les risques de récidives existent en permanence et leur détection se fait par le biais de marqueurs spécifiques à chaque cancer. Lorsque l’on remarque une élévation de ces marqueurs, il faut immédiatement passer à l’examen avec le Pet Scan pour déterminer une récidive et pour savoir si celle-ci est au même endroit ou s’il s’agit d’une métastase.

Pour conclure, le Pet Scan intervient dans toutes les étapes de la maladie cancéreuse : le diagnostic, le bilan général de la maladie, l’évaluation de la réponse au traitement et le diagnostic d’une éventuelle récidive.

Il arrive parfois que le patient présente un ganglion sans qu’il ait conscience d’un stade primitif de cancer. Il est alors difficile de réaliser une exploration avec les autres techniques, comme le scanner ou l’IRM, et de détecter un foyer. Par contre, avec le Pet Scan, l’examen de tout le corps permet de déceler le foyer initial de la maladie.

Quelles sont, en gros, les indications du Pet Scan ?

Pour résumer, le Pet Scan est essentiellement utilisé en cancérologie, soit dans 90 % des cas, sinon on y recourt aussi en neurologie, principalement dans le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, et en cardiologie, afin de permettre la viabilité myocardique après infarctus du myocarde, avant de passer à la chirurgie ou de réaliser une dilatation des artères.

Depuis sa mise sur le marché en Europe et en Amérique, le Pet Scan n’a pas cessé de faire ses preuves. Il a amélioré la prise en charge des patients cancéreux et ce, à travers le diagnostic rapide, le bilan général pour détecter le ou les foyers de cancer et l’adaptation du traitement nécessaire selon le stade d’avancement du cancer avec, en plus, un suivi de son efficacité.

Le Pet Scan reste donc le meilleur moyen pour évaluer la réponse au traitement car son objectif est d’étudier l’activité et l’évolution des foyers tumoraux.

Le Pet Scan permet non seulement d’étudier la forme du cancer mais surtout son activité, son évolution et son agressivité.

Cela fait de cet outil un allié précieux en termes d’imagerie fonctionnelle et métabolique, faisant la différence avec l’imagerie morphologique obtenue par scanner. L’apport du Pet Scan par rapport à ce dernier, c’est qu’il renseigne sur la forme des organes et nous permet d’en voir la fonction et l’évolution.

Comment se déroule un examen par Pet Scan ?

L’examen avec le Pet Scan se déroule, comme pour tout examen par scintigraphie, par injection d’un produit à faible activité radioactive, le sucre de glucose, associé à un atome radioactif  qui est le fluor, pour obtenir le produit final, le fluoro-deoxy-glucose (FDG).

On injecte le produit par voie intraveineuse, lequel sera rapidement capté par les cellules cancéreuses où le métabolisme sera intense, puis l’on place le patient dans la machine qui localisera les foyers d’hyper-métabolisme du glucose correspondant aux foyers de cancer.

C’est donc un examen simple pour le patient, indolore, sans effets indésirables, comparable à un examen au scanner.

Y a-t-il des précautions particulières à prendre avant ou après l’injection du produit radioactif ?

Non, le FDG étant un faible irradiant, la dose injectée est en effet très faiblement radioactive et ne nécessite pas de précautions spéciales. Il faut juste être à jeun.

Qu’en est-il de la durée de l’examen du Pet Scan ?

L’examen commence par l’injection du FDG, puis s’ensuit un temps d’attente estimé à une heure environ, durant laquelle le produit est capté par les cellules cancéreuses, et nous procédons à l’examen proprement dit en machine pendant environ 20 à 25 minutes.

L’examen au Pet Scan n’est pas pénible pour le patient qui est à l’aise même sous machine, contrairement à l’IRM où le champ magnétique est bruyant.

Commentaires

commentaires