L’inhibiteur de la PARP de Pfizer, le talazoparib, est apprécié en tant que traitement pour les femmes présentant une mutation héréditaire du gène BRCA.

Talazoparib, traitement pour les femmes présentant une mutation héréditaire du gène BRCA.

La soumission de l’inhibiteur est basée sur les données des essais de l’étude EMBRACA, qui opposait le médicament à la chimiothérapie chez des patientes atteintes d’un cancer du sein (hérité) à mutation BRCA (gBRCAm), HER2 négatif localement avancé ou métastatique.

L’étude a atteint son objectif principal, soit une survie sans progression supérieure avec le talazoparib versus chimiothérapie (choix du médecin), qui était constante dans tous les sous-groupes prédéfinis, y compris ceux qui avaient des antécédents de métastases cérébrales et ceux précédemment traités par chimiothérapie.

Le talazoparib est un médicament anticancéreux expérimental appelé inhibiteur de la PARP (poly ADP ribose polymérase). Les études précliniques suggèrent que le talazoparib est très puissant et possède un double mécanisme d’action, avec le potentiel d’induire la mort des cellules tumorales en bloquant l’activité de l’enzyme PARP et en piégeant la PARP sur les sites de lésions de l’ADN. Le talazoparib est actuellement évalué dans le cancer du sein gBRCAm avancé et dans le cancer du sein triple négatif précoce.

La survie sans progression SSP médiane était de 8,6 mois chez les patientes du groupe talazoparib versus 5,6 mois chez celles recevant la chimiothérapie, alors que les patientes recevant l’inhibiteur de la PARP étaient 45,8% moins susceptibles d’avoir une progression de la maladie.

Du côté de la sécurité, les réactions défavorables de grade 3 ou plus avec le talazoparib survenues avec une fréquence d’au moins 10% étaient l’anémie (35%), la neutropénie (17%) et la thrombocytopénie (17%).

La FDA américaine et l’Agence européenne des médicaments acceptent les soumissions réglementaires pour l’examen du talazoparib chez les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique présentant une mutation héréditaire BRCA

Mace Rothenberg, directeur du développement, Oncology, Pfizer Global Product Development, a déclaré que les acceptations de dépôt aux États-Unis et en Europe sont un exemple du succès de l’approche de médecine de précision de l’entreprise pour le développement de médicaments.

« Nous sommes maintenant un peu plus près d’offrir une alternative potentielle à la chimiothérapie pour ces patientes », a-t-il noté.

Aux États-Unis, un examen prioritaire a été attribué à la demande, ce qui devrait réduire considérablement le délai d’évaluation réglementaire.

Pfizer a racheté les droits de talazoparib via son achat de Medivation pour 14 milliards de dollars en 2016.

Source : Pfizer press releases