Sir Trevor Jones et le Pr Clive Page s’intéressent à la nouvelle unité de production des laboratoires Terali

Dans les années 1980 et 1990, Sir Trevor Jones était le vice-président du Wellcome trust, une fondation classée en seconde position pour ses avoirs derrière celle de Bill et Melinda Gates, et chargé de la recherche et du développement. Il a notamment piloté le programme qui a permis la mise au point du premier antirétroviral efficace contre le SIDA, l’AZT, ainsi que différents traitements contre l’herpès, le paludisme ou l’épilepsie.

Avec son collègue et associé, le Pr Clive Page, il s’est intéressé à la nouvelle unité de production des laboratoires Terali, dont ils sont devenus tous deux actionnaires à 45 %, dont Thierry Plouvier, le PDG de carrière internationale (Etats-Unis, Suisse, Belgique et Royaume-Uni), et son épouse sont actionnaires majoritaires. L’intérêt des deux scientifiques britanniques a été attisé par le projet de reprofilage de molécules anciennes ayant déjà fait leurs preuves et leur application à des maladies rares. Les laboratoires Terali, dont le siège est à Fondettes, près de Tours, ont choisi de produire à Guéret des pommades, des capsules et des liquides prochainement développés pour traiter l’épilepsie et des neuropathies périphériques, que l’on peut définir comme des effets secondaires des chimiothérapies, et vendus exclusivement aux hôpitaux et cliniques. Ce n’est pas un marché de masse mais il peut représenter un certain volume si Terali pénètre des marchés comme celui de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris ou celui des grands CHU. En avril, huit salariés mettront en route les chaînes de production. Plusieurs mois seront nécessaires pour valider les process et les faire contrôler par les autorités sanitaires. Le démarrage de l’activité économique proprement dite interviendra au cours du quatrième trimestre 2016. Thomas Desmier, un jeune pharmacien limougeaud, a été recruté pour diriger la production, qui s’effectuera en salles blanches. Installée côté du nouveau centre de secours de Guéret, cette unité de production flambant neuve a encore de la place pour se développer. Les laboratoires Terali ont mis 600.000 euros sur la table pour équiper cette usine high-tech. Thierry Plouvier évoque une montée en puissance assez rapide.