Psoriasis

Affection dermique pouvant retentir sur la qualité de vie des patients et entraîner une invalidité, le psoriasis a été l’objet du dernier congrès mondial de dermatologie à San Francisco, où de nouveaux médicaments qui ciblent l’inflammation ont été présentés. Actuellement, corticoïdes, biothérapies et anti-inflammatoires sont les soins prescrits pour traiter cette pathologie dermique chronique, des traitements pouvant durer plusieurs années. Le défi des nouveaux traitements est de permettre d’estomper les lésions cutanées, d’empêcher l’évolution du psoriasis et d’éviter les effets secondaires de cette atteinte cutanée.

Parmi les nouveaux traitements développés, des anti-TNF alpha, ainsi que des biothérapies à base d’interleukine en cours d’essais. Un des nouveaux remèdes thérapeutiques, le brodalumab (un anticorps monoclonal ciblant le récepteur A de l’interleukine 17) qui se fixe sur les récepteurs des cellules, inhibant ainsi l’accès aux facteurs qui induisent le processus de l’inflammation.

Les résultats pour ce traitement ont été présentés par le Dr Mark G. Lebwohl de Mount Sinai Hospital à New York, dont les essais ont porté sur 1.881 personnes atteintes de psoriasis. Il a été révélé que 44 % des patients ont eu un blanchiment de leurs plaques après trois mois de traitement et le reste des patients a pu s’apercevoir d’une amélioration de leurs cas. Les effets secondaires de ce traitement sont des céphalées et des douleurs articulaires et son indication engage une injection tous les quinze jours. « Les doses et la fréquence des injections dépendent de chaque cas clinique », a indiqué le Pr Paul Carle, chef de service de dermatologie au centre hospitalo-universitaire de Toulouse. Il a ajouté : « Inclure d’autres médicaments de cette même famille actuellement à l’étude a permis de traiter 20 000 patients sans aucun problème majeur d’intolérance ». Dans ce cadre, il faut patienter durant les prochains mois pour constater l’efficacité de ces traitements sur le marché pharmaceutique.

Le psoriasis affecte 2 % de la population générale dans le monde et sa prévalence en Tunisie est de 3 %. Cette maladie touche les jeunes adultes de 15 à 30 ans ainsi que les adultes de 40 ans et plus. Elle se manifeste par des plaques érythémateuses et des squames cutanées. Plus de la moitié des patients atteints présentent un psoriasis léger et un tiers souffre d’une forme modérée à sévère de psoriasis. Par ailleurs, près d’un cinquième des patients sont atteints d’une forme sévère avec des lésions touchant près de 20 % de la surface corporelle, entraînant des lésions visibles, des démangeaisons et même des algies rhumatismales.