La 70ème Assemblée générale de l’OMS réunie à Genève au mois de mai a élu au poste de Directeur Général de l’OMS le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus pour les cinq années à venir. L’élection qui se déroulait exceptionnellement à bulletins secrets, a donc porté pour la première fois un Africain à la tête de l’OMS.

« C’est un jour historique pour l’Éthiopie et pour l’Afrique »

Tedros Adhanom Ghebreyesus spécialiste du paludisme et ancien ministre de la Santé dans son pays est en effet le candidat de tout un continent. L’Afrique terre des épidémies successives a toujours fait partie des priorités de L’OMS mais les gestions approximatives, le manque de transparence ont entravé l’efficacité de ses interventions.
Face aux nombreux défis qui l’attendent, Tedros l’Africain a annoncé un programme révolutionnaire pour cette institution en mal d’ouverture : « Sous ma direction, l’OMS sera comptable de ses actes et sera transparente, à la recherche d’une amélioration continue », définissant ainsi une feuille de route ou les défis sont multiples : rétablir l’équilibre budgétaire, renforcer la lutte contre les épidémies, résister à l’influence des industriels seront parmi ses priorités.
Son programme électoral porte également son engagement pour le continent mère : une couverture santé universelle,
des réponses efficaces aux urgences épidémiologiques, et le développement des systèmes de santé locaux.
Au même moment, à son échelle, notre pays s’ouvre aussi vers l’Afrique, en particulier dans le domaine de la santé où l’activité d’exportation de services et les opérations séduction se multiplient que ce soit au niveau des soins de santé que de l’exportation des spécialités pharmaceutiques.
Quel meilleur présage pouvions-nous attendre ? Ne serait-il pas temps que le berceau de l’humanité reprenne la place qu’il mérite et se porte mieux ? N’est-il pas temps de lever nos rêves à la santé de l’Afrique ?

Amel Dhaouadi

Commentaires

commentaires