L’exemple de la coopération tuniso-suisse dans le domaine de la recherche clinique

L’Ambassade de Suisse en Tunisie a organisé le 25 janvier 2018, en collaboration avec les sociétés pharmaceutiques suisses Datametrix AG, Novartis et Roche, une table ronde sur l’importance du dialogue public privé (DPP) et l’innovation notamment pour les recherches cliniques en Tunisie et a invité les acteurs économiques tuniso-suisses. L’expérience et les résultats obtenus dans le domaine de la recherche clinique ont été exposés et utilisés comme base de réflexion sur la pertinence d’une possible reproduction d’un tel dialogue dans d’autres domaines.
Le dialogue public-privé dans le domaine du médicament a été mené durant une période triennale 2014-2017 par le ministère de la santé avec l’appui de la Banque Mondiale. Ce dialogue public privé visait à réformer un secteur porteur à l’économie tunisienne, à améliorer les conditions cadrant et à favoriser son développement et à renforcer sa compétitivité. Ce dialogue a ainsi contribué à limiter les délais nécessaires pour le traitement des dossiers des autorisations de mise sur le marché.
Plusieurs entreprises suisses établies en Tunisie ont participé à ce dialogue et ont contribué à ces résultats en partageant leur expérience et leurs expertises en termes d’innovations et de partenariat « win- win » dans le cadre de la collaboration des secteurs publics et privés.
Cette table ronde a été modérée par Mr. Ahmed El Rhali, CEO de l’entreprise suisse Datametrix AG spécialisée en recherche clinique, analyse statistique et gestion de données. La table ronde a permis un échange fructueux et intéressant enrichi par l’intervention et la participation de cinq experts : Mr Anis Klouz, directeur de la recherche médicale au ministère de la santé, Dr Yosra Kerkeni, directeur médical au sein de l’entreprise suisse Roche en Tunisie, Dr Chokri Jeribi, président directeur général de Sanofi – Tunisie et président de Sephire, Mme Nicolas Yuste, responsable des relations publiques à Novartis Suisse et Dr Kamel Idir , consultant à la Banque Mondiale (BM) et l’organisation Mondiale de la Santé (OMS).

HK