Un simple prélèvement salivaire pourrait permettre dans un futur proche de déceler une atteinte par l’hépatite E.

C’est une découverte de scientifiques de l’Ecole de santé de l’université Johns Hopkins qui a contribué à élaboré ce test clinique permettant d’identifier le germe viral dans un échantillon salivaire.
Les résultats des travaux cliniques ont été publiés dans « Journal of immunological methods ». Ce test de la salive est aussi efficient qu’un prélèvement sanguin pour confirmer la présence du virus de l’hépatite E. L’essai clinique a inclus 141 patients atteints par cette hépatite afin de déceler les anticorps en rapport avec cette infection de l’organe hépatique. Les scientifiques américains ont collaboré avec le centre médical de Dacca au Bangladesh. Parmi ces patients, 76 patients ont réalisé une consultation permettant de diagnostiquer les symptômes de l’hépatite E. Les autres avaient été amenés vers l’établissement pour d’autres raisons. Les liquides biologiques de tous ces patients ont été analysé à la fois avec un test sanguin, utilisant la méthode ELISA, et le test salivaire. À l’issue de cet essai clinique, le rendement des deux approches des deux prélèvements a été très similaire. La technique ELISA a permis de repérer 50 infections survenues d’hépatite E et 17 atteintes en cours. Au sein du groupe asymptomatique, 28 contaminations passées ont aussi été détectées.
Le test salivaire fait presque aussi bien. il n’a commis d’erreurs que sur deux infections passées et quatre infections en cours. Ce test salivaire ne nécessite pas un personnel formé comme pour le prélèvement sanguin, ni la protection de l’échantillon contre la chaleur ou autre, ni l’usage de seringues, c’est une alternative commode et simple dans un protocole de soins.
Les chercheurs américains cherchent actuellement à développer et à déployer cette méthode de diagnostic sur le terrain, en particulier dans les services concernés par les soins des hépatites.

L’hépatite E est une hépatite qui est méconnue et se contracte souvent dans des conditions d’hygiène insuffisantes et suite à une consommation d’aliments ou de l’eau contaminés.

Image crédit: CDC / (PHIL #5605) – Domaine public

Commentaires

commentaires