Premier test sur le terrain d’un vaccin antipaludique entre 2018 et 2020

Pour contrecarrer l’épidémie paludique, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) envisage d’immuniser 360 mille enfants entre 2018 et 2020 avec ce vaccin antipaludique.
Le vaccin sera essayé dans une large campagne de vaccination dans les pays africains les plus touchés comme le Ghana, Kenya et le Malawi selon une source de l’Organisation Mondiale de la Santé en date du 24 avril 2017.

Il est à noter qu’en 2015, 429 mille personnes sont décédées à cause du paludisme appelée encore malaria dont le vecteur de transmission est le moustique anophèle. Les enfants de moins de cinq ans représentent les deux tiers de ces cas de mortalités.

Ce vaccin antipaludique retenu a été mis au point par la firme pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) en partenariat avec une association nommée « Path malaria vaccine initiative ».
Le cadre de cette campagne de vaccination est d’évaluer le vaccin, qui a démontré une immunisation limitée, en le combinant à des techniques de diagnostic et de lutte anti-moustiques, à travers par exemple, des moustiquaires imprégnés de répulsifs pour les moustiques.
Mary Hamel, responsable pour l’OMS de la coordination du programme de vaccination antipaludique explique « Ce vaccin n’empêchera pas les enfants d’être contaminés par le paludisme. Il réduira seulement le nombre de crises aiguës de paludisme. Il est très important que les parents continuent d’utiliser des moustiquaires imprégnées d’insecticide pour leurs enfants. En cas de fièvre, les parents doivent emmener leurs enfants à la clinique ».

Mme Matshidiso Moeti directrice Afrique de l’OMS a indiqué: « Ce vaccin pourrait sauver des dizaines de milliers de vies en Afrique ».

Dans le cadre de cette mobilisation d’immunisation, les professionnels de santé vont cibler la sensibilisation des parents des enfants touchés par le paludisme et ceux à risques, dans le cadre d’un schéma non conventionnel d’immunisation sur le continent africain en dehors de maladies infectieuses comme la rougeole, la tuberculose, la poliomyélite ou la diphtérie.

Commentaires

commentaires