L’enfer de la chute de cheveux pourrait bientôt ne plus être qu’un mauvais souvenir.

C’est en tout cas ce qu’annoncent des chercheurs japonais de l’Université de Yokohama. L’équipe de scientifiques japonais, dirigée par le Pr Junji Fukuda, a développé une méthode de culture de follicules capillaires bien plus rapide que celles qui existent déjà.
Les chercheurs japonais ont réussi à cultiver 5 000 germes de follicules pileux en quelques jours, alors que jusqu’à présent, la science n’était capable d’en créer qu’une cinquantaine à la fois.
Durant l’étude japonaise, deux types de cellules ont été placés dans de petits récipients de silicone. Y ont été cultivés les fameux germes, qui permettent le développement des cheveux. Il est à noté toutefois qu’aucun test sur des humains n’a été pratiqué pour le moment. Les premiers devraient avoir lieu dans cinq ans.
Les chercheurs restent cependant persuadés que la technique qu’ils ont mise au point pourra à l’avenir permettre de reconstruire des mèches entières. L’un des objectifs, à terme, est d’aider les personnes cancéreuses traitées par chimiothérapie ou souffrant de pertes de cheveux à se sentir mieux.
Jusqu’à présent les techniques existantes ne sont pas toujours très efficaces. « Les cliniques spécialisées utilisent souvent des cheveux de la nuque pour les planter sur les zones frontales dégarnies. Le problème, c’est que cela n’accroît pas le volume total de cheveux », a indiqué le Pr Junji Fukuda. Les traitements médicamenteux existants peuvent ralentir la chute des cheveux, mais le processus peut difficilement être inversé, selon le Pr Junji Fukuda.
Ce nouveau traitement devrait être mis en vente d’ici 10 ans, toujours selon le Pr Junji Fukuda.