Naissance de l’Inter-Pharma Club

Créé le 21 janvier 2015 par Mokhtar Belaïba, Jalel-Eddine Hila, Taoufik Boufaied et Mejdi Gaddouch, l’Inter-Pharma Club (IPC) Tunisie vise à asseoir une nouvelle codification, plus précise, des produits pharmaceutiques et la promotion du développement de l’industrie dans ce domaine.

Sa première assemblée générale élective a eu lieu le 24 avril 2015 à l’hôtel L’Acropole aux Berges du Lac.

Le changement du code de la Pharmacie centrale à chaque changement de fournisseur ou d’origine du produit de santé constitue, en effet, un des problèmes majeurs auxquels l’IPC projette de s’attaquer, « IPC Code » étant l’intitulé de ce dossier difficile. En outre, les vaccins sont actuellement mal identifiés au niveau des distributeurs et des officinaux et, dans certains cas, les codes de médicaments supprimés sont réutilisés pour d’autres médicaments, créant une grande confusion dans le circuit de distribution.

Professionnels et opérateurs exerçant directement ou indirectement dans l’industrie pharmaceutique, experts juridiques, importateurs et producteurs de produits pharmaceutiques et médicaux, distributeurs, répartiteurs et prestataires dans les différents aspects du secteur sont autant de membres de cet organisme, dont les élus du comité directeur sont Mokhtar Belaïba (président), Jalel-Eddine Hila (vice–président), Mejdi Gaddouch (sécrétaire général),  Taoufik Boufaied, Ramzi Sandli, Linda Touati, Mariem Guerfali, Hazem El Ghoul et Slim Hermassi.
L’Interpharma Club s’articule autour de quatre composantes, à savoir le comité directeur, les commissions, les adhérents actifs et les partenaires comme les administrations publiques, les différents ordres professionnels autour de la santé, les sociétés savantes, les entreprises et les associations étrangères à vocation médicinale.
Parallèlement à ses différentes missions, l’IPC Tunisie vise à mettre en place différents supports de communication et d’information, dont l’outil numérique, permettant un dialogue ouvert et permanent, afin de favoriser la collaboration entre ses diverses structures. Organisation et rigueur seront donc les maîtres-mots pour cette institution dont le rôle sera, avant tout, de codifier les produits de santé, de mettre à jour et aux normes les documents commerciaux et les dossiers pharmaceutiques sectoriels.

Un bon coup de balai nécessaire pour propulser la croissance économique du secteur et favoriser une plus grande ouverture sur l’étranger.