Un virus augmenterait le risque de développer une maladie coeliaque.

La maladie coeliaque est une pathologie qui est liée à une intolérance au gluten.
Cette pathologie est caractérisée par une altération de la paroi de l’intestin grêle lors d’une consommation de substances à gluten. Des facteurs génétiques interfèrent dans cette pathologie métabolique.

Une étude a été réalisée supposant qu’une infection virale pourrait intervenir pour mobiliser le système immunitaire contre le gluten.
Durant cette étude les scientifiques ont inoculé des souches virales de réovirus type 1 ou T1L et le virus réovirus type 3Dearing ou T3D sur un modèle de souris. Ces germes viraux sont inoffensifs chez l’homme.
Les virus inoculés ont engendré une réaction inflammatoire chez les souris. En particulier, le type de virus T1L s’est associée à une réaction inflammatoire tournée contre le gluten présent dans l’intestin.
Les réactions contre la souche virale T1L ont engendré une activation du système immunitaire semblable à celle engendrée chez un patient atteint d’une maladie coeliaque soit le facteur de l’interféron 1 (IRF1).
Dans ce contexte, Bana Jabri de l’Université de Chicago a révélé : « cette étude a montré clairement que ce virus qui est inoffensif peut engendrer une réaction auto-immune et entraîner un dysfonctionnement immunitaire préparant la voie à un trouble auto-immune, en particulier une maladie coeliaque».
Toutefois, d’autres facteurs vectoriels interviennent comme la nature de la souche, le couplage germe pathogène-hôte et l’état de santé de l’individu.
Des études complémentaires sont donc nécessaires pour confirmer ou infirmer de l’hypothèse qu’un virus serait à l’origine de la maladie coeliaque.

(Source : Science – DOI: 10.1126/science.aah5298 – Reovirus infection triggers inflammatory responses to dietary antigens and development of celiac disease)